Comparé au concept initial, le mobile Ara a perdu de son intérêt : impossible de changer les composants clefs de base.

L'Image du jour

Comparé au concept initial, le mobile Ara a perdu de son intérêt : impossible de changer les composants clefs de base.

Cybersécurité : quels outils pour contrer les nouvelles menaces

Dernier Dossier

Cybersécurité : quels outils pour contrer les nouvelles menaces

Les événements récents autour du ransomware Locky et du vol massif de données du cabinet panaméen Mossack Fonseca dans l'affaire des « Panama Papers »...

Restez proche de l'actualité IT

NEWSLETTERS THEMATIQUES

Découvrez nos différentes newsletters adaptées à vos besoins d'actualités IT Pro : Mobilité, Réseaux, Stockages, ...

Abonnez-vous 
FERMER

LMI MARKET

Votre comparateur de prestataires IT : Comparez les devis, Evaluez les prestataires, Trouvez le juste prix!...

Accéder à ce service 

BLOG

Découvrez les contenus exclusifs publiés par les lecteurs du Monde Informatique avec la plateforme LMI Blog...

Accéder à ce service 

COMPARATEUR DE SALAIRE

Partagez votre situation salariale anonymement, consultez les statistiques depuis 2009 et faites vos propres analyses...

Accéder à ce service 

IT TOUR

LMI vous invite à sa Matinée-Débats dans votre région.
Inscrivez-vous

Accéder au site 
FERMER
0
Réagissez Imprimer Envoyer

L'Estonie inaugure le vote par Internet

L'Estonie inaugure le vote par Internet

Entre craintes pour la sécurité et espoirs d'une abstention amoindrie, l'Estonie a offert à ses citoyens, ce week-end, l'occasion de désigner leurs députés sur Internet. Une première mondiale.

Pour la première fois, des électeurs ont pu, ce 4 mars, élire leurs députés par un vote électronique sur Internet. L'événement se déroulait en Estonie, un pays qui avait déjà tenté une expérience similaire en 2005, lors d'élections municipales. Alors que la France tente timidement quelques expériences de vote électronique, qui requièrent malgré tout un déplacement des citoyens le jour de l'élection, l'Etat balte offrait à ses administrés la possibilité de choisir leurs représentants sans quitter leur domicile. Il leur suffisait d'être munis d'une carte d'identité à puce électronique - ce qui est le cas d'une grande majorité de la population -, d'acquérir un lecteur idoine pour l'équivalent de quelques euros et de le connecter à un ordinateur. Après avoir inséré la carte dans le lecteur, il n'y avait plus qu'à s'identifier au moyen d'un mot de passe pour procéder au vote. Le système, qui autorisait un choix en ligne jusqu'au 28 février, permettait ensuite aux électeurs de corriger une éventuelle erreur en se présentant, le jour de l'élection, dans un bureau de vote pour déposer un bulletin dans l'urne. Au total, plus de 30 000 Estoniens ont procédé à l'élection par voie électronique, soit un peu plus de 3% des électeurs. Plus de huit citoyens sur dix déclarent leurs impôts en ligne L'Estonie tend à s'imposer comme un pays pionnier en matière d'usage des nouvelles technologies, une volonté de développement exprimée au lendemain de son indépendance, en 1991. Plus de huit citoyens sur dix y déclarent leurs impôts en ligne, les Estoniens peuvent accéder à Internet sans fil depuis la presque totalité du territoire ou payer le stationnement de leurs véhicules par téléphone mobile. Autant de signes apparents de modernité qui illustrent le rapide développement économique du pays tout en contrastant avec des données moins flatteuses comme l'espérance de vie des hommes, inférieure de quatre ans à celle des Chinois, ou l'inflation qui stagne à 4%. Au-delà du progrès technologique que représente le vote en ligne, et de son effet potentiel sur la baisse de l'abstention, il convient de relever deux limites à ce type d'initiatives. D'une part, le recours à Internet dans le choix d'un élu participe de la désacralisation du vote. L'acte citoyen ne repose pas seulement sur la simple désignation d'un homme ou d'un parti mais sur un ensemble de règles formelles qui entourent le suffrage. Le passage par l'isoloir, le mode de dépôt de l'enveloppe dans l'urne sont des exemples du caractère sacré que doit revêtir l'élection pour qu'elle conserve toute sa gravité et son importance. D'autre part, il est légitime de s'interroger sur la sécurité et l'anonymat entourant le vote par Internet. L'OSCE (Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe) était chargée de surveiller le bon déroulement des opérations. Son bilan fournira quelques éléments permettant de savoir si le procédé est aussi sûr que l'affirment les autorités estoniennes qui s'appuient sur le succès de banques en ligne pour défendre le système électoral : pourquoi craindre pour un e-vote quand on gère son argent online sans peur ?



Article de

Commenter cet article

commenter cet article en tant que membre LMI

CONNEXION

Commenter cet article en tant que visiteur






* Les liens HTML sont interdits dans les commentaires

Publicité
Publicité
Publicité