Advertisement
Après les Etats-Unis, Amazon va tester son service de livraison de drones Prime Air au Royaume-Uni.

L'Image du jour

Après les Etats-Unis, Amazon va tester son service de livraison de drones Prime Air au Royaume-Uni.

Silicon Valley 2016 : Cap sur l'innovation technologique (1e partie)

Dernier Dossier

Silicon Valley 2016 : Cap sur l'innovation technologique (1e partie)

En mars et juin dernier, nous avons passé un peu de temps à San Francisco et dans la Silicon Valley avec une dizaine de journalistes européens pour le...

Restez proche de l'actualité IT

NEWSLETTERS THEMATIQUES

Découvrez nos différentes newsletters adaptées à vos besoins d'actualités IT Pro : Mobilité, Réseaux, Stockages, ...

Abonnez-vous 
FERMER

LMI MARKET

Votre comparateur de prestataires IT : Comparez les devis, Evaluez les prestataires, Trouvez le juste prix!...

Accéder à ce service 

BLOG

Découvrez les contenus exclusifs publiés par les lecteurs du Monde Informatique avec la plateforme LMI Blog...

Accéder à ce service 

COMPARATEUR DE SALAIRE

Partagez votre situation salariale anonymement, consultez les statistiques depuis 2009 et faites vos propres analyses...

Accéder à ce service 

IT TOUR

LMI vous invite à sa Matinée-Débats dans votre région.
Inscrivez-vous

Accéder au site 
FERMER
0
Réagissez Imprimer Envoyer

La CNIL donne son aval pour recourir à la biométrie au parloir

La CNIL donne son aval pour recourir à la biométrie au parloir

Les évasions par substitution ont parfois défrayé la chronique. Cette méthode consiste en l'échange entre un visiteur et un détenu à l'occasion d'un passage au parloir. L'administration pénitentiaire cherchait donc à vérifier l'identité des détenus lors de leur sortie du parloir par le recours à de la biométrie. Un avis de l'autorité administrative indépendante vient de paraître au Journal Officiel.

La CNIL autorise la biométrie dans la sécurité carcérale. Depuis la réforme de 2004 de la Loi Informatique et Libertés, les traitements biométriques doivent être expressément autorisés par la CNIL. Celle-ci a toujours été très réticente vis-à-vis de ces technologies très invasives et très risquées pour la vie privée.

Le projet Bioap, mis en oeuvre dans chaque prison au fur et à mesure de son déploiement, comprendre les données suivantes : nom de famille, nom d'usage, alias et prénoms ; numéro d'écrou ; une photographie d'identité numérisée ; un gabarit du contour de la main ; et un suivi des contrôles d'identification. La photographie ne fait pas l'objet d'un processus de reconnaissance automatique. De plus, le contour de la main est plus simple à mettre en oeuvre que le contrôle des empreintes digitales. Surtout, la CNIL a été sensible à la durée et aux modalités de conservation des données : chaque prison aura son propre traitement, et les données ne seront conservées que durant la détention effective dans la prison concernée. Elles seront détruites lors d'un transfert définitif ou d'une libération.

Les moyens mis en oeuvre sont donc compatibles et proportionnées avec les finalités déclarées.

Les restrictions apportées par la CNIL dans un projet relatif aux établissements pénitentiaires sont là pour rappeler aux entreprises privées qu'elles ne peuvent pas mettre en oeuvre des traitements plus invasifs vis à vis de personnes libres.

En savoir plus :

Délibération n°2009-684 du 3 décembre 2009 portant avis sur un projet de décret en Conseil d'Etat portant création de traitements automatisés de données à caractère personnel relatifs à l'identification des personnes écrouées dans les établissements pénitentiaires, dénommés "BIOAP".

Article de

Commenter cet article

commenter cet article en tant que membre LMI

CONNEXION

Commenter cet article en tant que visiteur






* Les liens HTML sont interdits dans les commentaires

Publicité
35 ans
02 Juin 2000 n°856
Publicité
Publicité