Advertisement
Le rover Curiosity en mission sur Mars depuis août 2012 a bénéficié d'une mise à jour lui apportant des capacités en intelligence artificielle.

L'Image du jour

Le rover Curiosity en mission sur Mars depuis août 2012 a bénéficié d'une mise à jour lui apportant des capacités en intelligence artificielle.

Silicon Valley 2016 : Cap sur l'innovation technologique (1e partie)

Dernier Dossier

Silicon Valley 2016 : Cap sur l'innovation technologique (1e partie)

En mars et juin dernier, nous avons passé un peu de temps à San Francisco et dans la Silicon Valley avec une dizaine de journalistes européens pour le...

Restez proche de l'actualité IT

NEWSLETTERS THEMATIQUES

Découvrez nos différentes newsletters adaptées à vos besoins d'actualités IT Pro : Mobilité, Réseaux, Stockages, ...

Abonnez-vous 
FERMER

LMI MARKET

Votre comparateur de prestataires IT : Comparez les devis, Evaluez les prestataires, Trouvez le juste prix!...

Accéder à ce service 

BLOG

Découvrez les contenus exclusifs publiés par les lecteurs du Monde Informatique avec la plateforme LMI Blog...

Accéder à ce service 

COMPARATEUR DE SALAIRE

Partagez votre situation salariale anonymement, consultez les statistiques depuis 2009 et faites vos propres analyses...

Accéder à ce service 

IT TOUR

LMI vous invite à sa Matinée-Débats dans votre région.
Inscrivez-vous

Accéder au site 
FERMER
0
Réagissez Imprimer Envoyer

Les pannes dans le cloud ont coûté 71,7 millions de dollars depuis 2007

Crédit Photo: D.R

Crédit Photo: D.R

Un groupe de scientifiques a recensé les différentes pannes connues des services clouds depuis 2007. Ils évaluent le manque à gagner à 71,7 millions de dollars et considère que le nombre de pannes est sous-estimé.

Un groupe de travail international sur la résilience du cloud computing (IWGCR), composé de chercheurs français, colombien, chinois, japonais, a recensé un total de 568 heures d'arrêt des services de 13 fournisseurs de cloud depuis 2007. Ces interruptions ont eu un impact financier estimé à 71,7 millions de dollars.

Selon le groupe, l'indisponibilité moyenne des services cloud est de 7,5 heures par an, ce qui équivaut à un taux de disponibilité de 99,9%. « Ce taux est extrêmement loin de la fiabilité attendue des systèmes hautement critiques (99,999%). A titre de comparaison, l'indisponibilité moyenne des services d'électricité dans une capitale moderne est de moins de 15 minutes par an », précisent les chercheurs dans leur rapport.

Les coûts pour une heure de panne peuvent varier de 89 000 dollars pour un fournisseur de services de voyage comme Amadeus, à 225 000 dollars de l'heure pour un service comme Paypal, selon le rapport. Les chiffres sont basés sur les coûts horaires acceptés par l'industrie, précisent les chercheurs. Le montant pour des pannes sur Google, Microsoft et Amazon est estimé à 200 000 dollars par heure.

Recensement des pannes dans le cloud
Cliquez ici pour agrandir

Une première étude avec une méthodologie perfectible


Pour la première fois, le groupe, formé en mars 2012 par Telecom ParisTech et l'université Paris 13, ainsi que d'autres partenaires internationaux, a publié un classement mondial de la disponibilité du cloud (ARWC). Les scientifiques estiment que beaucoup de grandes entreprises et d'organismes gouvernementaux font appel aux services clouds, « il est donc nécessaire que les solutions fournies soient fiables ». Ils ajoutent que le manque de fiabilité des clouds n'est pas connu par l'industrie. Leur recherche est basée sur les articles de presse sur les différentes pannes de Twitter, Facebook, Amazon, Microsoft, Google, Yahoo et Paypal, OVH, Amadeus, etc.

Si le groupe de travail concède que la méthodologie utilisée pour l'étude est imparfaite notamment sur l'exhaustivité de la collecte d'information, il estime que les chiffres annoncés sont sous-estimés. En effet, beaucoup de pannes ne sont pas rendues publiques par la presse. Autre manque, la valeur précise du coût pour chaque panne ou le calcul du coût horaire moyen pour chaque fournisseur de cloud. Le groupe pense aussi baser ses données sur le nombre d'utilisateurs à un service cloud, ce qui n'est pas le cas aujourd'hui.

Commenter cet article

commenter cet article en tant que membre LMI

CONNEXION

Commenter cet article en tant que visiteur






* Les liens HTML sont interdits dans les commentaires

Publicité
35 ans
20 Avril 1987 n°276
Publicité
Publicité