Advertisement
Spot Mini, le dernier robot à quatre pattes de Boston Dynamics qui range la vaisselle et apporte des canettes (pratique pour suivre l'Euro 2016).

L'Image du jour

Spot Mini, le dernier robot à quatre pattes de Boston Dynamics qui range la vaisselle et apporte des canettes (pratique pour suivre l'Euro 2016).

French Tech : Effet pschitt ou vrai accélérateur

Dernier Dossier

French Tech : Effet pschitt ou vrai accélérateur

De la French Touch à la French Tech, c'est le message que Bpifrance a souhaité faire passer aux 30 000 visiteurs (startups, entrepreneurs, PME, ETI, g...

Restez proche de l'actualité IT

NEWSLETTERS THEMATIQUES

Découvrez nos différentes newsletters adaptées à vos besoins d'actualités IT Pro : Mobilité, Réseaux, Stockages, ...

Abonnez-vous 
FERMER

LMI MARKET

Votre comparateur de prestataires IT : Comparez les devis, Evaluez les prestataires, Trouvez le juste prix!...

Accéder à ce service 

BLOG

Découvrez les contenus exclusifs publiés par les lecteurs du Monde Informatique avec la plateforme LMI Blog...

Accéder à ce service 

COMPARATEUR DE SALAIRE

Partagez votre situation salariale anonymement, consultez les statistiques depuis 2009 et faites vos propres analyses...

Accéder à ce service 

IT TOUR

LMI vous invite à sa Matinée-Débats dans votre région.
Inscrivez-vous

Accéder au site 
FERMER
0
Réagissez Imprimer Envoyer

Les PC des députés passent aux logiciels libres

Les PC des députés passent aux logiciels libres

Les logiciels Libres continue leur percée à l'Assemblée nationale sur les postes de travail des députés. Linux, OpenOffice et Firefox rythmeront le quotidien des élus en 2007.

Bernard Carayon doit être ravi. Le député du Tarn qui avait, dans un rapport remis au Premier ministre début octobre, préconisé l'usage des standards ouverts dans la création et les échanges de documents administratifs, aura, dès 2007, -et s'il est ré-élu-, la possibilité d'utiliser Linux et OpenOffice sur son poste de travail de l'Assemblée nationale. Le Parlement a décidé d'équiper les 1154 postes de travail Windows (les 577 députés ont le droit de posséder deux postes chacun) d'un OS Linux, du navigateur Firefox, de la suite bureautique OpenOffice et d'une solution de messagerie et d'agenda libre. "Une partie de l'infrastructure serveur composée d'Apache, Linux, Mambo et SQUID reposait déjà sur les logiciels libres, confie Olivier Connan, porte-parole de l'Assemblée. On étend l'utilisation des logiciels libres au delà des serveurs pour la pousser sur les postes de travail. Une petite révolution pour une aussi grande communauté administrative." Pour l'Assemblée, la migration d'un environnement Microsoft vers l'Open Source rime avec économie de coût. "Les solutions libres [..] permettront de réaliser de substantielles économies en dépit de certains coûts de mise en oeuvre et de formation", explique-t-elle dans un communiqué, en s'appuyant sur les résultats d'une étude menée notamment par Atos Origin et commanditée par le président de l'Assemblée et les questeurs. "La décision a également été prise sous l'impulsion de certains députés sensibilisés aux logiciels libres", ajoute Olivier Connan. Peu d'interventions externes Le chantier de migration devra être finalisé rapidement, dès la prochaine législature. "Il faut que l'ensemble soit opérationnel pour la fin juin-début juillet 2007, quelques jours après les élections qui auront lieu les 10 et 17 juin", déclare Olivier Connan. "Aucun prestataire n'a été retenu pour le moment, un appel d'offre devrait rapidement être lancé. Mais l'implantation sera faite pour l'essentiel par le service informatique de l'Assemblée." L'Association pour la promotion et la recherche en informatique libre (April) se félicite d'emblée de cette décision: "La dotation en logiciels libres des postes des députés illustre une nouvelle fois les qualités de ces logiciels, permettant à l'Assemblée nationale d'avoir une meilleure maîtrise sur ses équipements, sans dépendance vis-à-vis d'une entreprise donnée, avec une meilleure utilisation de l'argent public», a déclaré Benoît Sibaud, président de l'April, dans un communiqué. Le Libre se fraye un chemin en France Les standards ouverts ainsi que les logiciels libres ou Open Source s'installent dans l'administration française. En point d'orgue, le chantier de migration des postes de travail de la Mairie de Paris, mais également celui des ministères de l'Intérieur (qui troquent leur messagerie Exchange vers une Open Source) et de l'Equipement (le projet Equilinux qui englobe la migration des serveurs sur MandrakeLinux). Plus globalement, le gigantesque chantier Adele (Administration ELEtronique), interminable projet de refonte, doit prendre en compte les contraintes d'interopérabilité entre les divers systèmes d'informations de l'Administration. Et cela passera probablement par l'adoption du format ouvert OpenDocument, comme le préconisait le député Bernard Carayon, début octobre.



Article de

Commenter cet article

commenter cet article en tant que membre LMI

CONNEXION

Commenter cet article en tant que visiteur






* Les liens HTML sont interdits dans les commentaires

35 ans
09 Mai 1983 n°101
Publicité
Publicité
Publicité