Le Défi H 2016 a distingué hier le projet T-Jack des étudiants de Polytech Grenoble (Prix du Défi H et Prix de l'innovation technologique) mais aussi SignBand de l'école Exia Cesi de Bordeaux (Prix Jeune pousse) et Dicodys de l'ECE Paris (Prix du public).

L'Image du jour

Le Défi H 2016 a distingué hier le projet T-Jack des étudiants de Polytech Grenoble (Prix du Défi H et Prix de l'innovation technologique) mais aussi ...

Cybersécurité : quels outils pour contrer les nouvelles menaces

Dernier Dossier

Cybersécurité : quels outils pour contrer les nouvelles menaces

Les événements récents autour du ransomware Locky et du vol massif de données du cabinet panaméen Mossack Fonseca dans l'affaire des « Panama Papers »...

Restez proche de l'actualité IT

NEWSLETTERS THEMATIQUES

Découvrez nos différentes newsletters adaptées à vos besoins d'actualités IT Pro : Mobilité, Réseaux, Stockages, ...

Abonnez-vous 
FERMER

LMI MARKET

Votre comparateur de prestataires IT : Comparez les devis, Evaluez les prestataires, Trouvez le juste prix!...

Accéder à ce service 

BLOG

Découvrez les contenus exclusifs publiés par les lecteurs du Monde Informatique avec la plateforme LMI Blog...

Accéder à ce service 

COMPARATEUR DE SALAIRE

Partagez votre situation salariale anonymement, consultez les statistiques depuis 2009 et faites vos propres analyses...

Accéder à ce service 

IT TOUR

LMI vous invite à sa Matinée-Débats dans votre région.
Inscrivez-vous

Accéder au site 
FERMER
0
Réagissez Imprimer Envoyer

Les rachats de Damilo Consulting et PS Consulting finissent au tribunal

Michel Teman a été condamné une première fois et une première partie du montant réclamé par Manpower a déjà été récupérée.

Michel Teman a été condamné une première fois et une première partie du montant réclamé par Manpower a déjà été récupérée.

Michel Teman est accusé par les fondateurs de PS Consulting et le groupe Manpower de les avoir floués. Les premiers l'ont été après qu'ils ont cédé 65% des parts de leur entreprise à la société IT&M. Manpower agit quant à lui depuis qu'il a découvert de graves irrégularités dans les comptes de Damilo Consulting, une entreprise rachetée à Michel Teman en 2012.

Damilo Consulting et PS Consulting sont deux sociétés de services IT sans lien entre elles mais avec des points communs. En premier lieu, suite au rachat dont elles ont fait l'objet, leurs anciens propriétaires et ceux à qui elles ont été cédées se retrouvent devant les tribunaux. Seconde similitude : le nom de Michel Teman apparaît dans ces deux affaires en tant que cible des plaintes déposées. Dans le cadre des diverses procédures judiciaires concernant Damilo Consulting, l'un des plaignants n'est autre que Manpower. Le groupe a racheté cette entreprise à Michel Teman en avril 2012.

Quant au dossier PS Consulting, il repose sur les procédures lancées par Guy Salas et Jacques Perez. Fondateurs de cette société en 2001, ils en ont revendu 65% du capital à IT&M en 2013. Créée en 2012, cette dernière était alors dirigée par David Teman, le fils de Michel Teman, qui a laissé le poste de direction qu'il occupait chez Damilo Consulting environ un mois avant sa revente à Manpower. Dans les deux procédures, les requérants agissent avec la conviction d'avoir été floués.

Des procédures au civil, et au pénal pour faux et escroqueries

Au départ, pourtant, le rachat de Damilo Consulting semble être une belle affaire pour Manpower. Lorsqu'il rachète cette société de services IT, elle réalise 42 M€ de facturations pour 150 collaborateurs. Des revenus et des salariés appelés à venir renforcer l'activité que ce spécialiste du travail temporaire développe dans le secteur des services informatiques. Michel Teman reste d'ailleurs à la tête de Damilo Consulting avant d'en être débarqué trois mois après avoir cédé son entreprise.

Il faut dire qu'entre temps, Manpower a découvert que la mariée était beaucoup moins belle qu'il n'y paraissait. Le groupe a détecté de graves irrégularités dans les comptes de son acquisition et fini par attaquer Michel Teman, au civil, et au pénal pour faux et escroquerie. Au total, des dizaines de procédures ont été lancées de part et d'autre. Au pénal, le dossier est en cours. Au civil, « une partie de l'action de Manpower vise à récupérer la différence entre le prix payé pour Damilo et sa valeur véritable, indique un proche du dossier. Michel Teman a d'ailleurs été condamné une première fois et une première partie du montant réclamé par Manpower a déjà été récupérée. »

M. Teman : « Manpower a fait réaliser un audit de Damilo avant la vente »

Contacté par Distributique, Michel Teman a refusé notre demande d'interview. Par l'intermédiaire de son avocat, l'homme a toutefois répondu à certaines de nos questions par écrit et se défend : « En ce qui concerne la vente du Groupe Damilo à la société Manpower France Holding, cette cession s'est faite dans les termes et conditions du contrat signé entre les parties. Il convient de souligner que la société Manpower France Holding a fait réaliser un audit approfondi du Groupe Damilo antérieurement à la vente par les cabinets PWC et Sullivan & Cromwell qui ont intégralement validé les conditions de l'opération. » A ce démenti formel d'avoir floué Manpower, Michel Teman ajoute que c'est lui qui est à l'initiative des contentieux qui les oppose, en raison de la violation de ses droits. « La société Manpower France Holding a engagé une seule procédure en réponse pour tenter de contrer les demandes financières formulées par Monsieur Michel Teman », indique le courrier de son avocat.

D'après nos vérifications, les deux cabinets sont bien intervenus. « Toutefois, un audit d'acquisition ne pouvait absolument pas permettre à l'époque de découvrir les irrégularités, compte-tenu des manoeuvres et artifices de Michel Teman, indique notre source. Ce n'est que lorsque Manpower a pris les rênes de Damilo que les irrégularités ont commencé à se faire jour. Et ce n'est qu'une fois que Manpower a dénoncé à Michel Teman les irrégularités découvertes que ce dernier a engagé une procédure. Depuis, Manpower à lui aussi engagé de nombreuses procédures et certaines ont déjà abouti à sa condamnation. »

Que sont devenus les 3 M€ de CIR de PS Consulting ?

Avant même de revendre Damilo à Manpower au printemps 2012, Michel Teman était déjà entré en contact avec les propriétaires de PS Consulting. Il leur faisait déjà miroiter la possibilité de faire reprendre leur société par le groupe Manpower. Le projet de vente, dont Manpower n'a pas été informé, n'a pas été réalisé, du fait du départ de Michel Teman du groupe en juin 2012, avec un engagement de non concurrence. L'homme n'en est pas moins resté en contact avec Jacques Perez et Guy Salas auxquels il propose de céder 65% de PS Consulting à la société IT&M dirigée par David Teman. L'affaire est conclue en avril 2013. L'optique est alors de faire de PS Consulting l'entité principale de production du groupe IT&M et la société mère d'une série de nouvelles filiales. Celles-ci apparaîtront entre juin et août 2013 sous les noms de PS Ingénierie, PS Solutions et PS Infras. « La stratégie était de devenir un groupe de 500 personnes en 2015 », explique un ex-collaborateur du groupe IT&M. Les deux cédants n'y voient aucun inconvénient, puisqu'ils sont, de fait, en partie propriétaires de ces filiales dont PS Consulting détient alors 60%. Tout se passant bien, Guy Salas et Jacques Perez s'occupent alors d'intégrer les nouvelles sociétés rachetées par IT&M, telles que Finsys et Cilaos.

Par la suite, les relations entre les deux hommes et la direction du groupe se dégradent jusqu'à ce que ces derniers soient débarqués en octobre 2013, tout en restant actionnaires de PS Consulting. « A partir de là, tout a été fait pour minimiser leur impact capitalistique dans le groupe sans qu'ils en soient informés », indique un témoin du processus qui souhaite rester anonyme. La démarche a par exemple consisté à transférer les contrats de travail des collaborateurs de PS Consulting vers ses autres filiales pour la vider de sa substance, puis à délier les filiales de PS Consulting. Le coup de grâce vient un peu plus tard, en janvier 2015, lorsque la direction d'IT&M fait une TUP (transmission universelle de patrimoine) donnant propriété de PS Consulting à une société de droit anglais, malgré l'opposition de ses deux fondateurs. Difficile, de prime abord, de comprendre pourquoi la direction d'IT&M a procédé à cette session. D'autant que l'entreprise avait bénéficié en 2014 d'un crédit d'impôt recherche de près de 3 M€ pour les années 2010, 2011, 2012 et 2013. A moins que le but ait été justement de disposer de cet argent à d'autre fin que celle de soutenir un effort de R&D.

Michel Teman aurait piloté IT&M en sous-main

Voilà donc résumées les raisons de l'affaire PS Consulting. A priori, on ne comprend toutefois pas pourquoi Michel Teman y aurait joué un rôle, puisqu'il n'a jamais été actionnaire ni dirigeant d'IT&M. Sauf que David Teman, son fils, semblerait surtout avoir joué l'homme de paille au profit de son père. Les échanges de mails internes où Michel Teman agit comme dirigeant d'IT&M sont de nature à corroborer cette thèse. Michel Teman n'a pas souhaité répondre à nos questions sur l'affaire PS Consulting IT&M, arguant du fait qu'il y est totalement étranger. Pour prouver sa totale innocence dans ce dossier, il invoque en outre le fait que la seule et unique procédure engagée contre lui (pour escroquerie, faux et usage de faux, tentative d'escroquerie au jugement) par Jacques Perez et Guy Salas a été déclarée totalement irrecevable. C'est vrai, mais pour un problème de forme, et non pas de fond. Une nouvelle plainte a d'ailleurs été immédiatement représentée et est en cours d'instruction au Parquet de Nanterre (92). Affaires à suivre, donc.

Droits de réponse de Messieurs Michel et David Teman, publié le 4 mars 2016

A la suite de l'article publié par Distributique intitulé "Damilo et PS Consulting : deux rachats qui se finissent devant les tribunaux", Michel Teman et David Teman ont souhaité exercer leurs droits de réponse. "Droit de réponse de Monsieur Michel TEMAN :

Michel TEMAN, illégitimement mis en cause par votre article, souhaite apporter les éclaircissements suivants. Contrairement à ce que vous affirmez, les contentieux que vous évoquez sont totalement distincts et leur mise en perspective n'a d'autre but que de nuire à Michel TEMAN.

Tout d'abord, celui-ci est totalement étranger au litige opposant le Groupe IT&M, dont il n'a été ni actionnaire ni dirigeant, à MM. PEREZ et SALAS. Au mois de juin 2012, PS Consulting a bien été proposée à MANPOWER qui n'a pas été intéressée. Cette société a ensuite été proposée à David TEMAN qui en a conclu l'acquisition en avril 2013, dans le cadre de son ambitieux projet industriel. Malheureusement, la société IT&M a découvert, post acquisition, un passif de plus d'un million cinq cents mille euros, dissimulé par MM. PEREZ et SALAS. Ceci a motivé leur éviction, des poursuites devant le Tribunal de commerce et, bien évidemment, mis à mal la stratégie de croissance initiale. Toutes les accusations des deux fondateurs sont totalement mensongères et n'ont d'autre but que de retarder d'importantes condamnations financières.

Michel TEMAN n'a jamais piloté le Groupe IT&M, mais a simplement mis en relation les dirigeants, qui ont été par le passé ses employés.

En déposant plainte, MM. PEREZ et SALAS ont tenté de retarder la procédure commerciale engagée à leur encontre mais cette procédure a été déclarée irrecevable.

Ensuite, c'est la société DAMILO SAS et non DAMILO CONSULTING qui a été cédée à MANPOWER FRANCE HOLDING. Michel TEMAN est devenu Directeur Général après la cession, avec des pouvoirs très limités, de sorte qu'il n'est pas resté « à la tête » de l'entreprise comme vous l'affirmez. Seul Alain ROUMILHAC, son Président, avait les pleins pouvoirs au sein de l'entreprise.

Les irrégularités qui auraient été découvertes par MANPOWER sont entièrement contestées. La seule et unique plainte de MANPOWER fait écho à deux plaintes pénales déposées antérieurement par Michel TEMAN contre cette dernière pour vol, intrusion illégale dans un système informatique, faux et usage de faux et tentative d'escroquerie. Ces procédures sont en cours d'instruction.

Contrairement à ce que vous a indiqué votre source « proche du dossier », Michel TEMAN n'a pas été condamné à restituer une partie du prix de vente, mais à payer moins de 1,5% du prix global de la vente dans le cadre de la mise en oeuvre de la garantie de passif consentie à MANPOWER. Ce litige commercial n'est pas définitif et fait l'objet d'un pourvoi en cassation.

Ainsi, bon nombre d'informations que vous livrez sont des mensonges, ostensiblement fournis par des acteurs des litiges que vous évoquez, ce à dessein pour discréditer Michel TEMAN."

 

 

«  Droit de réponse de Monsieur David TEMAN : 

David TEMAN est le dirigeant et unique actionnaire du Groupe IT&M constitué aujourd'hui de 7 filiales. En octobre 2012, IT&M s'est intéressé à PS Consulting grâce à la mise en relation par Michel TEMAN de ses dirigeants. Aux termes de discussions et audits menés par David TEMAN et ses conseils, IT&M a acquis 65% du capital de PS Consulting. Ainsi, seul David TEMAN a mené cette opération et a pris la direction de la société acquise, les fondateurs se voyant confier la gestion opérationnelle de la société.

Malheureusement, dès la cession de leurs actions, MM. PEREZ et SALAS ont quitté leurs fonctions, amenant IT&M à mettre fin à leurs relations. Ils n'ont pas eu à intégrer, comme vous l'énoncez, FINSYS et CILAOS, ces deux sociétés ayant été acquises par IT&M après leur départ. Ils ont perdu leurs participations dans PS Consulting simplement en raison de l'exécution des dispositions de leur pacte d'actionnaires, ce qu'ils n'ont absolument pas contesté.

Mais aussi et surtout, il a été découvert dès le mois de juillet 2013 un passif sciemment dissimulé par MM. PEREZ et SALAS de plus d'un million cinq cents mille euros, dont la réclamation n'est pas contestée. Ainsi, les relations entre IT&M et MM. PEREZ et SALAS se sont très rapidement dégradées. PS Consulting n'a donc pas été vidée de sa substance par David TEMAN, mais par ses fondateurs. En réalité, compte tenu de l'existence des dettes abyssales cachées, PS Consulting se trouvait en état de cessation de paiement avant la cession.

En ce qui concerne les CIR, le montant encaissé par PS Consulting n'a pas été de 3 M€ mais de 1,7 M€. Le remboursement de ces CIR, demandés auprès de l'administration fiscale par MM. PEREZ et SALAS pour des travaux de R&D effectués avant l'acquisition par IT&M, n'a servi qu'à éponger une partie du passif dissimulé.

Le 29 décembre 2015, PS Consulting a été cédée par IT&M à une société de droit anglais. C'est le nouvel acquéreur et non IT&M qui a décidé en mars 2015 d'effectuer la transmission universelle de patrimoine dont vous faites état. Dès lors, IT&M est totalement étrangère à cette opération.

La présentation de ce que vous appelez l'affaire PS Consulting dont l'intérêt est tout relatif, est parsemée de contre-vérités qui n'ont pas été vérifiées. Ceci vous a mené à tenir des propos extrêmement diffamatoires à l'égard de David TEMAN en le qualifiant d'« homme de paille au profit de son père ». Ceci est totalement faux et est le résultat d'une instrumentalisation en vue de soutenir l'argumentation de MM. PEREZ et SALAS dans les litiges qui les opposent au Groupe IT&M et son seul et unique dirigeant, David TEMAN.

David TEMAN est une figure reconnue dans le monde du service informatique. En effet, après seulement 3 ans d'activité, le groupe IT&M s'est hissé au 80e rang des ESN françaises (Classement 2015).

Enfin, MM. PEREZ et SALAS ont été cités devant le Tribunal correctionnel par David TEMAN et le Groupe IT&M, tous deux victimes de chantage aggravé. Affaire à suivre, donc... »

Article de

Commenter cet article

commenter cet article en tant que membre LMI

CONNEXION

Commenter cet article en tant que visiteur






* Les liens HTML sont interdits dans les commentaires

Publicité
Publicité
Publicité