Avec son processeur S7, Oracle assure baisser le coût de ses systèmes Sparc accessibles sous forme de service de compute dans son cloud.

L'Image du jour

Avec son processeur S7, Oracle assure baisser le coût de ses systèmes Sparc accessibles sous forme de service de compute dans son cloud.

French Tech : Effet pschitt ou vrai accélérateur

Dernier Dossier

French Tech : Effet pschitt ou vrai accélérateur

De la French Touch à la French Tech, c'est le message que Bpifrance a souhaité faire passer aux 30 000 visiteurs (startups, entrepreneurs, PME, ETI, g...

Restez proche de l'actualité IT

NEWSLETTERS THEMATIQUES

Découvrez nos différentes newsletters adaptées à vos besoins d'actualités IT Pro : Mobilité, Réseaux, Stockages, ...

Abonnez-vous 
FERMER

LMI MARKET

Votre comparateur de prestataires IT : Comparez les devis, Evaluez les prestataires, Trouvez le juste prix!...

Accéder à ce service 

BLOG

Découvrez les contenus exclusifs publiés par les lecteurs du Monde Informatique avec la plateforme LMI Blog...

Accéder à ce service 

COMPARATEUR DE SALAIRE

Partagez votre situation salariale anonymement, consultez les statistiques depuis 2009 et faites vos propres analyses...

Accéder à ce service 

IT TOUR

LMI vous invite à sa Matinée-Débats dans votre région.
Inscrivez-vous

Accéder au site 
FERMER
0
Réagissez Imprimer Envoyer

Licenciés suite à une discussion privée sur Facebook

Licenciés suite à une discussion privée sur Facebook

Selon nos confrères de France Info, une affaire d'un nouveau genre remet en cause la confidentialité des informations et des commentaires partagés sur FaceBook.

Trois salariés de la société Alten, basée en région parisienne, ont librement commenté sur une page privée du célèbre réseau social l'ambiance qui règne au sein de leur SSII. Une conversation exclusivement réservée aux « amis » des trois protagonistes. Un quatrième salarié, considéré comme « un ami » sur le réseau et donc habilité à lire et à commenter le flux d'échanges sur le mur de discussion, a envoyé une copie des débats à sa direction générale. Toujours selon France Info, cette dernière a licencié les trois premiers salariés pour « incitation à la rébellion et dénigrement. »

Si l'un des trois a accepté de négocier à l'amiable son départ, les deux autres ont décidé de porter l'affaire devant les Prud'hommes. Selon l'avocat des deux employés, cette correspondance était exclusivement privée et ne causait pas de troubles à l'entreprise. Fait rare, la tentative de conciliation n'a pas fait avancer les choses et les quatre juges du tribunal n'ont pas réussi à s'accorder. Ce qui entraine de facto, l'intervention d'un magistrat professionnel pour départager les quatre juges issus des collèges employés et entreprises. Cette décision finale, la première du genre en France, pourrait faire jurisprudence.

Article de

Commenter cet article

commenter cet article en tant que membre LMI

CONNEXION

Commenter cet article en tant que visiteur






* Les liens HTML sont interdits dans les commentaires

35 ans
25 Avril 1988 n°321
Publicité
Publicité
Publicité