Sony a dévoilé SmartEyeglass Attach, un module qui s'adapte sur n'importe quelle paire de lunettes afin de les rendre connectées.

L'Image du jour

Sony a dévoilé SmartEyeglass Attach, un module qui s'adapte sur n'importe quelle paire de lunettes afin de les rendre connectées.

Les 10 tendances technologiques 2015

Dernier Dossier

Les 10 tendances technologiques 2015

Comme chaque année, la rédaction du Monde Informatique dresse les 10 tendances technologiques qui marqueront l'année 2015. Du machine learning à la ré...

Restez proche de l'actualité IT

NEWSLETTERS THEMATIQUES

Découvrez nos différentes newsletters adaptées à vos besoins d'actualités IT Pro : Mobilité, Réseaux, Stockages, ...

Abonnez-vous 
FERMER

ESPACE PARTENAIRE

Webcast

FERMER

LMI MARKET

Votre comparateur de prestataires IT : Comparez les devis, Evaluez les prestataires, Trouvez le juste prix!...

Accéder à ce service 

BLOG

Découvrez les contenus exclusifs publiés par les lecteurs du Monde Informatique avec la plateforme LMI Blog...

Accéder à ce service 

COMPARATEUR DE SALAIRE

Partagez votre situation salariale anonymement, consultez les statistiques depuis 2009 et faites vos propres analyses...

Accéder à ce service 

IT TOUR

LMI vous invite à sa Matinée-Débats dans votre région.
Inscrivez-vous

Accéder au site 
FERMER
0
Réagissez Imprimer Envoyer

ObjectWeb se restructure au 1er janvier

ObjectWeb se restructure au 1er janvier

Au 1er janvier 2007 prendra racine la version 2 d'ObjectWeb, sous la forme d'association loi 1901. Une restructuration en profondeur qui s'appuie notamment sur l'engagement de ses membres.

Le 31 décembre 2006, ObjectWeb changera de statut juridique. Et basculera d'un modèle de consortium développé en collaboration avec l'INRIA, Bull et France Télécom, à celui d'une association loi 1901 à but non lucratif. "ObjectWeb a été initialement créé sous une forme de consortium pour formaliser une situation de collaboration entre différents partenaires.[...] Au fil du temps, ObjectWeb s'est significativement développé, avec une croissance rapide et de nombreux nouveaux projets [et de plus en plus internationaux, NDLR]", explique François Letellier, actuel directeur exécutif d'ObjectWeb, dont le mandat expirera également au 31 décembre 2006. Le consortium regroupe actuellement une centaine de projets, très centrés sur le middleware et Java, soutenu par plus de 8 000 contributeurs de 80 pays différents. Face à une telle réussite, le consortium doit alors s'adapter et passer à un autre niveau. La mutation, orchestrée depuis le début 2005 par la création d'un groupe de travail, repose sur le constat de certaines limites. D'abord structurelles: "le montant des cotisations des membres étant faible, les ressources à disposition du comité exécutif ne croissaient pas aussi rapidement que la communauté", regrette François Letellier. Puis d'indépendance - face à l'INRIA- qui "lui a ouvert de nombreuses portes, mais l'a également soumis aux règles administratives d'une structure publique, avec les contraintes qui pouvaient s'ensuivre dans la gestion des fournisseurs, du personnel, des partenariats". Enfin, dernier frein de croissance, la centralisation des comités directeur et executif, qui "trouvait ses limites à un moment où des membres non hexagonaux devenaient plus nombreux". "Une plus forte implication des membres" Effective le 1er janvier 2007, la prochaine génération d'ObjectWeb (nommée OW2) doit ainsi ôter certaines contraintes imposées par la structure actuelle. La tendance s'oriente vers une collaboration plus étroite entre les membres, les comités et les prises de décision. Pour François Letellier, il s'agit d'abord d'impliquer plus fortement les membres -également financièrement. Initialement classés en Individuel ou Corporate, les membres seront, selon le nouveau cadre, répartis en trois catégories, Strategic, Corporate et Individual avec des niveaux d'implication différents. En interne, OW2 se tournera vers "une gouvernance plus collégiale, avec trois conseils traitant de l'animation technique, de l'écosystème et des opérations ". Viennent ensuite des paramètres plus technologiques, qui doivent "prendre davantage en compte la dimension marché de l'Open Source, notamment, en resserrant les liens entre utilisateurs et développeurs". Concrètement, cela se traduira par la création d'"initiatives" qui, outre le fait de faire office de plate-forme collaborative de projet Open Source, devra "s'attacher au développement d'un écosystème d'affaires [dont] le but est que l'utilisateur y trouve les prestataires de services (accompagnement, formation, certification, support) qui répondent à ses besoins". Le consortium travaille actuellement à un projet autour des bus d'entreprise (ESB) et de la SOA. Quatre autres "initiatives" devraient également éclore, autour du décisionnel, des télécommunications, de l'embarqué, de l'e-administration, sans compter la participation à la plateforme technologique européenne NESSI (Networked European Software and Services Initiative - un projet qui réunit 13 sociétés pour aider notamment à la mise en application de la stratégie de Lisbonne). "Le thème RFID est aussi à l'étude", précise François Letellier. Pas de reconduction automatique des membres "Le consortium ObjectWeb se terminant à la fin de l'année, les membres devront faire eux-même la démarche d'adhésion à l'association OW2 pour continuer à faire partie de l'aventure", commente François Letellier, tout en ajoutant que des facilités de transfert seront proposées. "Il n'est pas juridiquement possible de reporter les adhésions d'une structure à l'autre". Mais cela pose également le problème des projets actuels sous la bannière ObjectWeb v1. A ce sujet, François Letellier est clair: "OW2 sera munie d'une politique plus stricte au niveau propriété intellectuelle. Les projets ne seront pas non plus migrés automatiquement mais évalués individuellement avant transfert".

Article de

Commenter cet article

commenter cet article en tant que membre LMI

CONNEXION

Commenter cet article en tant que visiteur






* Les liens HTML sont interdits dans les commentaires

Publicité
Publicité
Publicité