Considéré comme le père de l'Internet et désormais évangéliste en chef du web chez Google, Vint Cerf a fait part du chemin qu'aurait pu emprunter Internet.

L'Image du jour

Considéré comme le père de l'Internet et désormais évangéliste en chef du web chez Google, Vint Cerf a fait part du chemin qu'aurait pu emprunter Inte...

Les Fintech bousculent la finance

Dernier Dossier

Les Fintech bousculent la finance

Quelque 4 000 Fintechs existeraient dans le monde, sûrement une faible minorité d'entre elles subsistera dans les trois ans. Une chose est sûre, depui...

Restez proche de l'actualité IT

NEWSLETTERS THEMATIQUES

Découvrez nos différentes newsletters adaptées à vos besoins d'actualités IT Pro : Mobilité, Réseaux, Stockages, ...

Abonnez-vous 
FERMER

LMI MARKET

Votre comparateur de prestataires IT : Comparez les devis, Evaluez les prestataires, Trouvez le juste prix!...

Accéder à ce service 

BLOG

Découvrez les contenus exclusifs publiés par les lecteurs du Monde Informatique avec la plateforme LMI Blog...

Accéder à ce service 

COMPARATEUR DE SALAIRE

Partagez votre situation salariale anonymement, consultez les statistiques depuis 2009 et faites vos propres analyses...

Accéder à ce service 

IT TOUR

LMI vous invite à sa Matinée-Débats dans votre région.
Inscrivez-vous

Accéder au site 
FERMER
2
Réagissez Imprimer Envoyer

Qwant, le moteur de recherche made in France, testé à Bercy

Le moteur de recherche français Qwant met en avant la protection des données personnelles comme l'un de ses facteurs différenciants face à Google. (crédit : D.R.)

Le moteur de recherche français Qwant met en avant la protection des données personnelles comme l'un de ses facteurs différenciants face à Google. (crédit : D.R.)

Créé en 2013, le moteur de recherche français Qwant est actuellement déployé à titre expérimental au sein du ministère des Finances. Une extension de son usage à d'autres administrations n'est pour le moment pas décidée.

Dans la famille des moteurs de recherches qui veulent concurrencer Google, les prétendants sont nombreux. En particulier ceux qui sont positionnés sur le créneau de la protection de la vie privée comme par exemple DuckDuckGo ou encore Oscobo créé par deux anciens de Yahoo et RIM. Sans oublier également, depuis 2013, le moteur français Qwant qui a depuis bien grandi. Après avoir bénéficié du soutien de la Banque européenne d'investissement via un financement de 25 millions d'euros, Qwant a réussi à attirer un certain nombre de curieux. Au point d'atteindre la barre, en décembre 2015, des 8 millions de visites.

Tout dernièrement, on apprend que Qwant est actuellement en déploiement expérimental sur les postes de travail d'une partie de l'administration française. « Nous l’avons mis en œuvre à Bercy, à ma demande », a indiqué le député Patrrice Martin-Lalande dans un échange avec la secrétaire d'Etat chargée du Numérique Axelle Lemaire au sujet de l'accès à l'ensemble des agents de la fonction publique au libre choix de leur moteur de recherche. « Nous avons procédé au déploiement expérimental du moteur de recherche Qwant, qui met en avant la protection des données personnelles et le respect de la vie privée de ses utilisateurs. Nous avons demandé aux agents, sans naturellement les y obliger, d’utiliser par défaut ce moteur de recherche et l’analyse de leurs retours d’expérience est très intéressante. Comme vous le voyez, c’est dans une démarche d’encouragement que nous l'avons proposé et non dans une démarche d’obligation. » Pour l'instant, aucune extension de l'usage de ce moteur à d'autres administrations n'a cependant été précisée.

Aux côtés de la dernière version du moteur Qwant en ligne depuis le 14 avril 2015, on trouve également une version spécialement dédiée pour le surf des enfants (Qwant Junior) et également une autre, allégée, Qwant Lite. Fondée par Jean-Manuel Rozan, Éric Léandri et Patrick Constant, Qwant dispsoe d'une équipe de 40 ingénieurs.

Article de

COMMENTAIRES de l'ARTICLE2

le 17/03/2016 à 09h50 par Visiteur8166 :

bonjour

j'ai testé qwant depuis plusieurz mois et il me plait mais à condition qu'il n'accepte que le français, je trouve l'anglais trop invasif

Signaler un abus

le 27/01/2016 à 16h35 par Visiteur7862 :

40 ingénieurs, c'est bien, mais il semble manquer un référenceur au projet: la meta description de ce site 100% "made in France" est... en anglais.

Signaler un abus

Commenter cet article

commenter cet article en tant que membre LMI

CONNEXION

Commenter cet article en tant que visiteur






* Les liens HTML sont interdits dans les commentaires

Publicité
35 ans
10 Février 1992 n°487
Publicité
Publicité