Le Privacy Shield, l'accord sur le transfert de données entre l'Europe et les États-Unis, est revendiqué par 200 entités commerciales, dont Microsoft.

L'Image du jour

Le Privacy Shield, l'accord sur le transfert de données entre l'Europe et les États-Unis, est revendiqué par 200 entités commerciales, dont Microsoft.

Silicon Valley 2016 : Cap sur l'innovation technologique (2e partie)

Dernier Dossier

Silicon Valley 2016 : Cap sur l'innovation technologique (2e partie)

En juin dernier, nous avons passé un peu de temps à San Francisco et dans la Silicon Valley avec une dizaine de journalistes européens pour les derniè...

Restez proche de l'actualité IT

NEWSLETTERS THEMATIQUES

Découvrez nos différentes newsletters adaptées à vos besoins d'actualités IT Pro : Mobilité, Réseaux, Stockages, ...

Abonnez-vous 
FERMER

LMI MARKET

Votre comparateur de prestataires IT : Comparez les devis, Evaluez les prestataires, Trouvez le juste prix!...

Accéder à ce service 

BLOG

Découvrez les contenus exclusifs publiés par les lecteurs du Monde Informatique avec la plateforme LMI Blog...

Accéder à ce service 

COMPARATEUR DE SALAIRE

Partagez votre situation salariale anonymement, consultez les statistiques depuis 2009 et faites vos propres analyses...

Accéder à ce service 

IT TOUR

LMI vous invite à sa Matinée-Débats dans votre région.
Inscrivez-vous

Accéder au site 
FERMER
3
Réagissez Imprimer Envoyer

Un kit pour transformer le Raspberry Pi 2 en laptop

L'équipe britannique à l'origine du projet Pi-Top. (Crédit D.R.)

L'équipe britannique à l'origine du projet Pi-Top. (Crédit D.R.)

Le kit Pi-Top propose de transformer un Raspberry Pi 2 en un vrai PC portable animé par une distribution Linux sur base Ubuntu.

Intéressé par un ordinateur portable Raspberry Pi 2 ? Si la réponse est oui, un kit proposé par la start-up britannique Pi-Top permet de construire un vrai portable Raspberry Pi 2. Une dizaine de minutes seulement sont nécessaires pour assembler les différentes pièces : un écran 13,3 pouces, un clavier, un pavé tactile de 65 mm, des câbles, une coque, une batterie, une alimentation, un circuit graphique et la carte mère Raspberry avec tous les connecteurs. Disponible en mai prochain, le kit complet sera proposé au prix de 300$ HT et 270$ HT sans la carte mère. Celle-ci est habituellement vendue 35$ HT. Ce portable en kit fournira une autonomie de huit heures environ, selon Jesse Lozano, CEO et co-fondateur de Pi-Top. Et pour ceux qui désirent un simple miniPC, Pi-Top proposera également un boitier - 269$ HT tout de même - pour brancher un clavier USB et un moniteur externe.

Le kit Pi-Top est commercialisé 300$ HT, soit le tarif d'un Chromebook chez HP, Dell ou Acer. Le prix de l'indépendance.

Le populaire Raspberry Pi 2 est en fait une mini-carte mère sur base ARM v7 – une puce Broadcom pour smartphones à l’origine - déjà utilisée dans des drones, des robots, des gadgets, des tablettes et mêmes des postes de travail. Le système d’exploitation généralement associé est bien sûr Linux (Ubuntu Core), ce qui permet de naviguer sur le web, consulter une messagerie et exécuter une suite bureautique. Une version adaptée de Windows 10 est également attendue dans les prochains mois.

Un notebook libre pour les étudiants

Le Raspberry Pi 2 a été introduit il y a deux mois en tant que successeur du Raspberry Pi d’origine, qui a été vendu à plus de 4 millions d'unités. Le Pi a développé un véritable culte parmi les amateurs du do-it-yourself, et le kit Pi-Top pourrait relancer l’intérêt autour de cette plate-forme bon marché.

Lors de tournées dans les universités anglaises, une des principales cibles de cette machine, la jeune entreprise a montré ses PC portables Raspberry à des étudiants et à des enseignants.

Le projet Pi-Top a été lancé l'année dernière, et a levé 176 746$ dans le cadre d’une campagne de financement participatif sur la plate-forme Indiegogo. A l’origine, le projet devait démarrer avec la modeste carte Raspberry Pi originale, qui n’était alors guère susceptible de remplacer un poste de travail. Mais aujourd’hui, avec la Raspberry Pi 2, six fois plus rapide que la génération précédente, un usage quotidien est devenu possible. Cette mini-carte mère dispose donc d’une puce Broadcom BCM2836 cadencée à 900 MHz avec quatre cœurs, associée à un circuit graphique VideoCore IV, capable d’afficher des vidéos en 1080p, et de 1 Go de RAM. Elle dispose, en outre, de quatre ports USB 2.0 (dont un microUSB 5V), d’une sortie HDMI, d’un slot Ethernet, d’un lecteur microSD et de broches GPIO. Le châssis du Pi-Top permettra l'accès aux nombreux ports du Raspberry Pi 2 grâce à un panneau amovible.

 

Basique, le châssis accueille la carte mère Raspberry Pi 2.

Les autres minimachines

A coté du Raspberry Pi 2 - et du projet Pi-Top - d’autres initiatives du type PC Open Source ont émergé ces derniers mois. On peut citer Banana Pi (57$ HT), un fork du Raspberry, avec un circuit ARM Cortex-A7 double coeurs à 1GHz ; BeagleBoard (45$ HT) avec une puce Texas Instrument sur base ARM Cortex A8; PandaBoard ES (182$ HT) avec un processeur TI OMAP4460 Cortex A9 à 1,2 GHz (ci-dessus); et enfin MinnowBoard (200 $ HT), le premier projet sur base Intel x86 avec une puce Atom E640 à 1 GHz.

Article de

COMMENTAIRES de l'ARTICLE3

le 12/08/2015 à 13h44 par Visiteur6541 :

Votre article est intéressant Habitant le Cameroun, comment dois-je faire pour l'obtenir. C'est une bonne opportunité pour créer des emplois. S'il vous plaît, Veuillez me donner d'amples renseignements.

Signaler un abus

le 03/04/2015 à 12h34 par Visiteur5803 :

Très bonne initiative mais je trouve le prix effectivement un peu élevé.

Signaler un abus

le 02/04/2015 à 18h49 par Kilimandjaro (Membre) :

Bon, j'ai mis une Debian sous MATE avec un RPI2. Résultat des courses : machine effectivement plus rapide que la première génération, on peut bosser un peu avec du LibreOffice et d'autres logiciels courants, mais si le PI a pour lui des GPIO et une communauté de hackers (bidouilleurs) importante et extrêmement imaginative, le fait est qu'il reste bien inférieur en performances à un netbook classique à 300$ vendu sans OS, sur lequel on greffera sans problème une Ubuntu en 30mn !
Il ne manque plus grand chose à l'architecture ARM pour déboulonner enfin intel en entrée de gamme, mais pour le moment, on n'y est pas encore. Donc je doute que ce kit trouvera beaucoup d'amateurs - ce n'est pas le segment premier du RPi.

Signaler un abus

Commenter cet article

commenter cet article en tant que membre LMI

CONNEXION

Commenter cet article en tant que visiteur






* Les liens HTML sont interdits dans les commentaires

Publicité
Publicité
Publicité