Facebook a réussi le vol d'essai de son drone Aquila qui doit fournir une connexion Internet très haut débit aux populations n'y ayant pas accès.

L'Image du jour

Facebook a réussi le vol d'essai de son drone Aquila qui doit fournir une connexion Internet très haut débit aux populations n'y ayant pas accès.

Silicon Valley 2016 : Cap sur l'innovation technologique (1e partie)

Dernier Dossier

Silicon Valley 2016 : Cap sur l'innovation technologique (1e partie)

En mars et juin dernier, nous avons passé un peu de temps à San Francisco et dans la Silicon Valley avec une dizaine de journalistes européens pour le...

Restez proche de l'actualité IT

NEWSLETTERS THEMATIQUES

Découvrez nos différentes newsletters adaptées à vos besoins d'actualités IT Pro : Mobilité, Réseaux, Stockages, ...

Abonnez-vous 
FERMER

LMI MARKET

Votre comparateur de prestataires IT : Comparez les devis, Evaluez les prestataires, Trouvez le juste prix!...

Accéder à ce service 

BLOG

Découvrez les contenus exclusifs publiés par les lecteurs du Monde Informatique avec la plateforme LMI Blog...

Accéder à ce service 

COMPARATEUR DE SALAIRE

Partagez votre situation salariale anonymement, consultez les statistiques depuis 2009 et faites vos propres analyses...

Accéder à ce service 

IT TOUR

LMI vous invite à sa Matinée-Débats dans votre région.
Inscrivez-vous

Accéder au site 
FERMER
0
Réagissez Imprimer Envoyer

Face au FBI, Apple soutenu par l'ONU et l'industrie high tech

Zeid Ra’ad Al Hussein, Haut Commissaire aux droits de l’homme à l'ONU, pointe le danger d'obliger Apple à intervenir dans l'affaire de San Bernardino. (crédit : UN)

Zeid Ra’ad Al Hussein, Haut Commissaire aux droits de l’homme à l'ONU, pointe le danger d'obliger Apple à intervenir dans l'affaire de San Bernardino. (crédit : UN)

Après le dépôt auprès du tribunal de témoignages d'une trentaine d'acteurs IT en faveur d'Apple dans l'affaire qui l'oppose au FBI, c'est l'ONU qui prend à son tour la parole pour exposer le danger qu'il y aurait à obliger la firme de Tim Cook à forcer l'accès à l'iPhone récupéré dans l'attentat de San Bernardino.

Cette fois, c’est l’ONU qui élève la voix dans l’affaire qui oppose en ce moment Apple à l’administration américaine dans le cadre de l’enquête terroriste de San Bernardino. L’organisation des Nations Unies met en garde sur le risque d’ouvrir la boîte de Pandore dans ce bras de fer. « Cela pourrait avoir des implications extrêmement dommageables pour les droits de l'homme pour des millions de personnes, incluant leur sécurité physique et financière », a indiqué dans une déclaration le Haut Commissaire aux droits de l’homme Zeid Ra’ad Al Hussein. Il exhorte à ne pas s'en tenir au fond de l'affaire, mais de considérer aussi l'impact plus large qu'elle pourrait potentiellement avoir. Pour lui, un succès obtenu contre le fabricant de l'iPhone aux Etats-Unis constituerait « un précédent qui pourrait empêcher Apple ou tout autre entreprise IT internationale de protéger la vie privée de leurs clients à quelque endroit que ce soit dans le monde ».

Hier, Apple a déjà reçu le soutien de nombreuses entreprises de l’industrie informatique américaine, ainsi que certaines d'entre elles - Microsoft, Google, Facebook - l'avaient annoncé. Elles se sont regroupées de part et d'autre pour déposer auprès des tribunaux des témoignages amicus curiae (une possibilité propre au droit anglo-saxon), afin d'apporter des informations complémentaires permettant de mieux comprendre le contexte dans lequel s’inscrit le refus d’Apple de développer un programme pour accéder au contenu de l’iPhone utilisé par l’un des terroristes.

Microsoft et Google contestent l'interprétation du All Writs Act

Un premier témoignage, le plus significatif, a été déposé - auprès de la cour du district central de Californie où l’affaire est jugée – par 15 firmes dont Google, Microsoft, Faceboook, Amazon, Cisco Systems et Yahoo, auxquels ont également joint leur voix Box, Dropbox, Evernote, Mozilla, Nest, Pinterest, Slack, Snapchat et WhatsApp. Dans deux chapitres principaux, il avance d’une part que l’interprétation que fait ici l’administration américaine de la loi All Writs Act (du 18ème siècle) est sans précédent et inutile et, d’autre part, que la loi n’autorise pas les agents fédéraux à enrôler les entreprises pour mettre en échec leurs propres dispositifs de protection. Les signataires pensent en conclusion que la cour devrait dégager Apple de l’obligation d’assister l’administration et s’opposer à la requête de cette dernière d’obliger Apple à l’assister

Le deuxième témoignage amicus curiae a été déposé par 17 autres acteurs de l’Internet parmi lesquels eBay, Linkedin, Twitter et Reddit. Sur la même ligne que les précédents, ils expriment leur conviction que permettre à l’administration de forcer des entreprises à saper les propres mesures de sécurité qu’elles promettent risque de miner les valeurs de base de protection de la vie privée, de sécurité et de transparence. L’opérateur de télécommunications AT&T a également déposé un texte qui demande une intervention du Congrès sur ce sujet. Toutefois, le tribunal a également reçu d’autres témoignages qui, à l’inverse, insistent sur l’importance de disposer de moyens pour récupérer les informations. Ils viennent en particulier d’associations de policiers et d’avocats, ainsi que de la part de certains proches des victimes de l’attaque terroriste.

Le 24 février dernier, Tim Cook, CEO d'Apple, était venu défendre sa position face au FBI sur la chaîne américaine ABC.

Article de

Commenter cet article

commenter cet article en tant que membre LMI

CONNEXION

Commenter cet article en tant que visiteur






* Les liens HTML sont interdits dans les commentaires

Publicité
35 ans
26 Novembre 1990 n°434
Publicité
Publicité