Voyages-SNCF.com a dévoilé sa première app pour les Google Glass.

L'Image du jour

Voyages-SNCF.com a dévoilé sa première app pour les Google Glass.

Le cloud tient-il toutes ses promesses ?

Dernier Dossier

Le cloud tient-il toutes ses promesses ?

A l'occasion de sa conférence annuelle Amazon Web Services Summit 2014 à Paris, le géant du cloud avait confirmé que les entreprises françaises, princ...

Restez proche de l'actualité IT

NEWSLETTERS THEMATIQUES

Découvrez nos différentes newsletters adaptées à vos besoins d'actualités IT Pro : Mobilité, Réseaux, Stockages, ...

Abonnez-vous 
FERMER

ESPACE PARTENAIRE

Webcast

FERMER

LMI MARKET

Votre comparateur de prestataires IT : Comparez les devis, Evaluez les prestataires, Trouvez le juste prix!...

Accéder à ce service 

BLOG

Découvrez les contenus exclusifs publiés par les lecteurs du Monde Informatique avec la plateforme LMI Blog...

Accéder à ce service 

COMPARATEUR DE SALAIRE

Partagez votre situation salariale anonymement, consultez les statistiques depuis 2009 et faites vos propres analyses...

Accéder à ce service 

IT TOUR

LMI vous invite à sa Matinée-Débats dans votre région.
Inscrivez-vous

Accéder au site 
FERMER
0
Réagissez Imprimer Envoyer

Tribune : le concept de bases de données épaisses, pour en finir avec la lourdeur et la lenteur

Tribune : le concept de bases de données épaisses, pour en finir avec la lourdeur et la lenteur

Et si la réponse au problème de compétences dans le développement informatique passait par une utilisation plus optimale des bases de données ? Dans une tribune publiée dans le Blog Experts de LeMondeInformatique.fr, Frédéric Brouard, spécialiste en bases de données relationnelles, met en avant le concept de développement en bases de données épaisses comme remède à bien des maux actuels. Le concept de SGBD épais vise à inclure davantage de traitements au sein même de la base. Les avantages, écrit Frédéric Brouard, sont nombreux : vitesse de traitement améliorée, langage de développement stable, possibilités étonnantes du SQL réduisant sensiblement le temps de développement. Et de citer quelques statistiques : « Réduction par un facteur 3 à 4 des lignes de code client, donc réduction potentielle par ce même facteur des bugs non encore découverts, division par un facteur 10 à 100 des temps de réponse du système, réduction par un facteur 2 à 3 du temps global de développement. » Frédéric Brouard relève aussi l'inconvénient majeur de cette approche : « Il convient que tous les acteurs d'un tel projet maîtrisent les techniques des bases de données relationnelles, ce qui est rarement le cas ! » A la place, dénonce l'auteur, les développeurs requièrent à des lignes et des lignes de code, ou bien se reposent sur les derniers frameworks à la mode, au risque que quelques années après, plus personne ne sache les maîtriser et donc maintenir l'application. A toutes fins utiles, en enseignant qu'il est aussi (au Cnam, à l'Isen Toulon et à Toulouse le Mirail), Frédéric Brouard donne les conseils et techniques pour déterminer où placer son code métier et quelles fonctions utiliser dans SQL. En passant, l'auteur égratigne aussi les ORM (outils de correspondance relationnel-objet), qui se sont imposés pour simplifier le dialogue entre le code applicatif objet et les SGBD relationnels. Pour lui, avec de tels outils, « le nivellement se fait par le bas », à la fois en termes de possibilités fonctionnelles et de performances. « Il est vrai, écrit-il avec une ironie féroce, qu'en SQL on ne dispose que de quelques instructions pour faire la même chose avec la performance en plus. » Au final, estime Frédéric Brouard, il faudrait améliorer la connaissance du SQL parmi la population de développeurs. Un voeu pieux ? Retrouvez la tribune de Frédéric Brouard sur le Blog Experts de LeMondeInformatique.fr.

Article de Olivier Rafal

Commenter cet article

commenter cet article en tant que membre LMI

CONNEXION

Commenter cet article en tant que visiteur






* Les liens HTML sont interdits dans les commentaires

Publicité
Publicité
Publicité