Le Privacy Shield, l'accord sur le transfert de données entre l'Europe et les États-Unis, est revendiqué par 200 entités commerciales, dont Microsoft.

L'Image du jour

Le Privacy Shield, l'accord sur le transfert de données entre l'Europe et les États-Unis, est revendiqué par 200 entités commerciales, dont Microsoft.

Silicon Valley 2016 : Cap sur l'innovation technologique (2e partie)

Dernier Dossier

Silicon Valley 2016 : Cap sur l'innovation technologique (2e partie)

En juin dernier, nous avons passé un peu de temps à San Francisco et dans la Silicon Valley avec une dizaine de journalistes européens pour les derniè...

Restez proche de l'actualité IT

NEWSLETTERS THEMATIQUES

Découvrez nos différentes newsletters adaptées à vos besoins d'actualités IT Pro : Mobilité, Réseaux, Stockages, ...

Abonnez-vous 
FERMER

LMI MARKET

Votre comparateur de prestataires IT : Comparez les devis, Evaluez les prestataires, Trouvez le juste prix!...

Accéder à ce service 

BLOG

Découvrez les contenus exclusifs publiés par les lecteurs du Monde Informatique avec la plateforme LMI Blog...

Accéder à ce service 

COMPARATEUR DE SALAIRE

Partagez votre situation salariale anonymement, consultez les statistiques depuis 2009 et faites vos propres analyses...

Accéder à ce service 

IT TOUR

LMI vous invite à sa Matinée-Débats dans votre région.
Inscrivez-vous

Accéder au site 
FERMER
0
Réagissez Imprimer Envoyer

Twitter rouvre ses vannes à Politwoops

Avec Politwoops, les tweets disparus des politiques refont surface des années plus tard. (Crédit D.R)

Avec Politwoops, les tweets disparus des politiques refont surface des années plus tard. (Crédit D.R)

Seulement 6 mois après avoir bloqué l'accès de Politwoops à ses données, Twitter réactive le service qui a heurté les personnalités de la planète politique « pour apporter plus de transparence au débat public ».

Cet été, le réseau social Twitter bloquait l’accès de son API à Politwoops, un site qui répertorie les tweets effacés des politiciens. « Préserver des tweets supprimés viole notre accord développeur », expliquait un porte parole. Mais aujourd'hui, Twitter relance le cimetière des citations politiques. Le CEO, Jack Dorsey, s'excusait en octobre de cette décision : « Nous avons la responsabilité d'accompagner les associations qui apportent plus de transparence dans le débat public, comme Politwoops le faisait ».

Lancé il y a cinq ans par l’Open State Foundation, une organisation néerlandaise qui lutte pour la transparence des dirigeants, le service Politwoops compile ainsi les messages publiés par les politiciens d’une trentaine de pays à travers le monde. Son directeur salue ce revirement de situation dans un communiqué publié par Twitter : « Cet accord est une bonne nouvelle pour ceux qui pensent que le monde a besoin de plus de transparence ». 

C'est notamment grâce à cet outil que des journalistes du journal Le Monde avaient déterré des tweets du premier ministre Manuel Valls. Embarrassé, il avait en effet supprimé l'ensemble de ses messages postés entre juillet 2011 et l'arrivée au pouvoir de François Hollande.

Article de

Commenter cet article

commenter cet article en tant que membre LMI

CONNEXION

Commenter cet article en tant que visiteur






* Les liens HTML sont interdits dans les commentaires

Publicité
Publicité
Publicité