Issu de nombreux rapprochements depuis une vingtaine d'années, l'équipementier automobile français de rang 1 Faurecia a acquis en août 2021 l'équipementier allemand Hella pour créer le groupe Forvia. Faurecia Forvia réalise aujourd'hui un chiffre d'affaires de plus de 15 milliards d'euros grâce à plus de 111 000 collaborateurs. L'objectif de Forvia est d'atteindre, une fois toutes les entités consolidées, les 33 milliards d'euros de chiffre d'affaires en 2025 avec les 150 000 collaborateurs de l'ensemble du groupe de 150 nationalités différentes sur 300 sites dans le monde. Si le reporting RH existe depuis 2005 dans le groupe, il ne permettait pas d'exploiter totalement la donnée disponible au plus près des besoins. C'est ainsi qu'est né le projet Hector.

Faurecia Forvia utilise des progiciels uniques pour chacune des fonctions de la DRH : Globalview pour la paye, Success Factor pour la GRH et Hyperion pour le décisionnel RH. Mais le décisionnel RH permettait d'exploiter la donnée uniquement au siège qui, ensuite, faisait redescendre les informations au niveau du terrain sous forme de plus de 300 tableaux Excel. A chaque fois qu'une entité du groupe avait besoin d'une information spécifique, quelque soit sa complexité, elle devait solliciter la DRH groupe. Un tel processus n'était évidemment pas optimal. « Aucun manager n'était autonome pour avoir la moindre information RH dans le groupe » a déploré Laurent Villemagne, directeur SIRH et contrôle de Forvia, lors de son témoignage sur le projet Hector sur invitation de l'éditeur Toucan Toco et de l'intégrateur Umanis. Donner de l'autonomie aux différents managers devenait essentiel.

Un outil simple d'usage pour les managers

Le projet Hector devait permettre aux managers d'accéder à l'intégralité des données RH (en fonction de leurs habilitations) et d'y naviguer sous des dimensions géographiques, temporelles, etc. ainsi que d'effectuer toutes les comparaisons nécessaires. Il s'agissait en fait d'améliorer la visibilité des informations pour améliorer le pilotage mais sans que cela n'apporte une complexité supplémentaire aux managers. L'outil Hector devait donc être simple d'usage sur tous types de terminaux et en tous lieux. L'intégrateur Umanis a alors proposé d'utiliser Toucan Toco.

Après un mois et demi de conception initiale, la « version 0 » d'Hector a été proposée aux utilisateurs finaux sur une période d'un peu moins de trois semaines. Un fignolage de moins de deux mois a permis de mettre ensuite à disposition des utilisateurs un outil parfaitement adapté à leurs besoins. La prise en main finale de l'outil n'a, comme prévu au cahier des charges, nécessité aucune formation par les utilisateurs finaux. Les administrateurs d'Hector, eux, ont reçu une formation d'une demi-journée pour acquérir une autonomie totale sur l'outil et savoir le faire évoluer en fonction des besoins de l'entreprise.

Une culture de la donnée RH mieux diffusée

Laurent Villemagne a relevé : « jusqu'alors, les données étaient suivies avec une vision très théorique par les seuls responsables RH. Hector a permis à tous les managers de s'approprier la data RH. » Du coup, les managers ont pu suivre en toute autonomie les indicateurs les plus pertinents pour eux. Côté DRH, bien sûr, le gain de temps est considérable : les équipes RH ne sont plus sollicitées pour distribuer de la donnée à la demande et peut se contenter d'en assurer la gouvernance. La diffusion est automatique. De plus, le rapport de 300 pages n'est plus imprimé pour tous les managers mais juste à titre de résilience pour la DRH groupe.

Dans les conditions du succès, l'absence totale de formation ou de guide a été un élément essentiel. L'application est et demeure d'un usage strictement intuitif. Son accès se fait avec la SSO groupe, donc en toute simplicité. Pour Laurent Villemagne, comme pour sa hiérarchie au moment de valider le projet, cette simplicité était la condition sine qua non. Dans le cadre de cette simplicité, Hector est tout à fait responsive design et la version mobile de chaque écran est strictement la même que celui de la version web.