Les documents d'Edward Snowden montrent que la NSA et son homologue britannique GCHQ écoutaient aussi les échanges en vol, détaille Le Monde.

L'Image du jour

Les documents d'Edward Snowden montrent que la NSA et son homologue britannique GCHQ écoutaient aussi les échanges en vol, détaille Le Monde.

Les 10 tendances technologiques en 2017

Dernier Dossier

Les 10 tendances technologiques en 2017

Comme chaque année, la rédaction du Monde Informatique a établi une liste des 10 tendances technologiques à venir ou qui vont se poursuivre en 2017....

Restez proche de l'actualité IT

NEWSLETTERS THEMATIQUES

Découvrez nos différentes newsletters adaptées à vos besoins d'actualités IT Pro : Mobilité, Réseaux, Stockages, ...

Abonnez-vous 
FERMER

LMI MARKET

Votre comparateur de prestataires IT : Comparez les devis, Evaluez les prestataires, Trouvez le juste prix!...

Accéder à ce service 

BLOG

Découvrez les contenus exclusifs publiés par les lecteurs du Monde Informatique avec la plateforme LMI Blog...

Accéder à ce service 

COMPARATEUR DE SALAIRE

Partagez votre situation salariale anonymement, consultez les statistiques depuis 2009 et faites vos propres analyses...

Accéder à ce service 

IT TOUR

LMI vous invite à sa Matinée-Débats dans votre région.
Inscrivez-vous

Accéder au site 
FERMER
0
Réagissez Imprimer Envoyer

Pixmania n'aurait plus d'argent pour payer ses salariés

Malgré la période des fêtes, le marchand Pixmania n'est pas parvenu à redresser la barre, commente la CGT sur son blog. (Crédit D.R.)

Malgré la période des fêtes, le marchand Pixmania n'est pas parvenu à redresser la barre, commente la CGT sur son blog. (Crédit D.R.)

Placé en procédure de sauvegarde depuis le mois d'octobre, le site e-commerce Pixmania serait selon Le Figaro, à bout de liquidité. Il ne serait plus en mesure de payer les salaires de ses collaborateurs à la fin du mois.

Selon les informations obtenues par nos confrères du Figaro, l'e-marchand Pixmania « ne pourra plus payer ses salariés à la fin du mois ». Déjà en procédure de sauvegarde depuis octobre, la société emploie 430 personnes, dont 320 en France. On s'attend désormais à ce qu'elle se déclare en cessation de paiement auprès du tribunal de commerce de Nanterre (92) le 14 janvier. Par ailleurs, les éventuels repreneurs ont jusqu'au 8 janvier pour faire leurs offres. Une dizaine d'entre eux auraient manifesté un intérêt, annonçait l'entreprise à ses salariés le 11 décembre, selon la CGT. Mais pour l'heure, aucune offre concrète ne semble être sur la table.

Il y a désormais fort peu de chances pour que l'entreprise rachetée par le groupe Mutares en 2013 puisse mettre en oeuvre son projet de se transformer en place de marché pour alléger ses coûts. Ce qui aurait divisé l'effectif de l'entreprise par quatre, sans forcément en assurer la pérennité. Cette stratégie faisait partie du plan de restructuration à 6 mois que l'entreprise avait présenté au tribunal après avoir demandé son placement en procédure de sauvegarde.

Un chiffre d'affaires divisé par trois en 3 ans

Le chiffre d'affaires de la star déchue du web est passé de 850 à 295 millions d'euros entre 2011 et 2014. Durant cette période, la société n'a cessé d'être déficitaire mais elle est parvenue à réduire sa dette sous l'égide de Mutares. De 203 M€ en 2012-2013, elle est passée à 56 M€ en 2013-2014. Le montant de la trésorerie avait, quant à lui, nettement progressé, passant de 2,3 M€ en 2012-2013 à 54,6 M€ en 2013-2014. Malgré tout, Pixmania, qui employait 1000 salariés il y a 15 ans, a dû engager un plan social en 2014. Celui-ci portait sur la suppression de 187 postes au siège du groupe à Asnières-sur-Seine (92) et sur son entrepôt de Brétigny-sur-Orge (91). Ce dernier emploie encore 86 personnes et intéresserait un repreneur.

Article de

Commenter cet article

commenter cet article en tant que membre LMI

CONNEXION

Commenter cet article en tant que visiteur






* Les liens HTML sont interdits dans les commentaires

Publicité
35 ans
25 Janvier 2002 n°923S
Publicité
Publicité