Avec plus de 30 000 inscrits pour sa 2e édition de BIG 2016, Bpifrance a réuni start-ups, ETI, grands comptes et entrepreneurs.

L'Image du jour

Avec plus de 30 000 inscrits pour sa 2e édition de BIG 2016, Bpifrance a réuni start-ups, ETI, grands comptes et entrepreneurs.

Cybersécurité : quels outils pour contrer les nouvelles menaces

Dernier Dossier

Cybersécurité : quels outils pour contrer les nouvelles menaces

Les événements récents autour du ransomware Locky et du vol massif de données du cabinet panaméen Mossack Fonseca dans l'affaire des « Panama Papers »...

Restez proche de l'actualité IT

NEWSLETTERS THEMATIQUES

Découvrez nos différentes newsletters adaptées à vos besoins d'actualités IT Pro : Mobilité, Réseaux, Stockages, ...

Abonnez-vous 
FERMER

LMI MARKET

Votre comparateur de prestataires IT : Comparez les devis, Evaluez les prestataires, Trouvez le juste prix!...

Accéder à ce service 

BLOG

Découvrez les contenus exclusifs publiés par les lecteurs du Monde Informatique avec la plateforme LMI Blog...

Accéder à ce service 

COMPARATEUR DE SALAIRE

Partagez votre situation salariale anonymement, consultez les statistiques depuis 2009 et faites vos propres analyses...

Accéder à ce service 

IT TOUR

LMI vous invite à sa Matinée-Débats dans votre région.
Inscrivez-vous

Accéder au site 
FERMER
1
Réagissez Imprimer Envoyer

Le FBI investit 1 milliard de dollars dans un projet de reconnaissance faciale

Crédit D.R.

Crédit D.R.

Dans le cadre d'une mise à jour de la base de données nationale d'empreintes digitales, le FBI a commencé à déployer la technologie de reconnaissance faciale pour identifier les criminels. Le programme d'identification de nouvelle génération du FBI comprendra une base de données nationale des visages des criminels ainsi que leurs données biométriques. Une nouvelle qui inquiète les défenseurs de la vie privée.

"La reconnaissance faciale, c'est pour maintenant", a déclaré Alessandro Acquisti, de la Carnegie Mellon University de Pittsburgh lors d'une intervention devant le Sénat américain en juillet dernier. Près d'un milliard de dollars seront ainsi versée pour financer le programme d'identification de nouvelle génération (NGI) du FBI. Outre la reconnaissance faciale, le logicel comprendra également une base de données biométriques dans laquelle seront stockées des informations portant sur l'iris, l'ADN ou encore la voix. Actuellement, une poignée d'Etats a déjà commencé à charger ses bases de données photographique dans le cadre d'un programme pilote lancé en février. Celui-ci devrait être étendu à l'ensemble du pays d'ici 2014.

Une identification plus rapide des criminels

Grâce à la comparaison des photographies judiciaires prises lors de l'arrestation de suspects, les responsables du FBI ont indiqué qu'ils étaient en mesure de retrouver un suspect en détectant son visage dans une foule. Le procédé inverse est aussi réalisable: les images d'une personne en provenance de caméras de sécurité peuvent être comparées au répertoire national des images détenues par le FBI. Un algorithme sera mis en place pour effectuer une recherche automatique et proposer une liste de correspondances potentielles. Idéalement, ces progrès technologiques devraient permettre une meilleure identification des criminels avec plus de précision pour conduire plus rapidement à des arrestations. Toutefois, les défenseurs de la vie privée sont préoccupés par l'ampleur des plans du FBI. Ils craignent que les personnes ayant un casier judiciaire vierge et prises en photo à côté d'une personne suspecte puissent se retrouver dans une base de données fédérale, ou faire l'objet d'une surveillance injustifiée.

Les défenseurs de la vie privée inquiets 

Jérôme Pender, du FBI, a déclaré au Sénat en juillet dernier que la base de données de photos consultables utilisée dans les études pilotes ne comprenait que des portraits de criminels connus. Malgré tout, on ne sait pas si ce sera toujours le cas une fois que le système entier sera mis en place. Des photos de civils pourraient alors être ajoutées, assure Jennifer Lynch, avocate de l'Electronic Frontier Foundation. Le FBI n'a pas souhaité communiquer en détails sur l'algorithme qu'il utilise, mais sa technologie pourrait être très précise si elle était appliquée aux photos prises dans des situations contrôlées telles que les photos d'identité. Des tests en 2010 ont déjà montré que les meilleurs algorithmes étaient capable de choisir la bonne personne dans une base de 1,6 million de photographies dans près de 92% des cas. Il est en outre possible de faire correspondre une photo d'identité judiciaire à la photo d'une personne ne regardant pas directement une camera. Un algorithme tel que celui développé par le laboratoire de Marios Savvides du Carnegie Mellon peut ainsi analyser les caractéristiques d'un visage de côté et même créer un modèle 3D de ce dernier afin de le faire pivoter jusqu'à 70 degrés pour le faire correspondre à l'angle de la photo. Les visages les plus difficiles à identifier étant ceux en situation de faible éclairage. 

Pour l'heure, le FBI a déjà établi un partenariat avec les émetteurs de permis de conduire d'État pour faciliter la comparaison photo. Jay Stanley, de l'American Civil Liberties Union appelle malgré tout à la prudence: "Une fois que vous commencez à brancher ce type de fichier dans la base de données du FBI, elle devient l'équivalent d'une base de données photographique national"...

Article de

COMMENTAIRES de l'ARTICLE1

le 20/09/2012 à 22h44 par Patrice6 (Membre) :

L'algothrime utilisé par le FBI est l'algothrime DATA MINING tout simplement.
http://en.wikipedia.org/wiki/Data_mining
http://eric.univ-lyon2.fr/~ricco/data-mining/
A plus ...la france devrait travailler dessus aussi, lol,

Signaler un abus

Commenter cet article

commenter cet article en tant que membre LMI

CONNEXION

Commenter cet article en tant que visiteur






* Les liens HTML sont interdits dans les commentaires

Publicité
Publicité
Publicité