Attendu en 2015, Windows 10 tournera indifféremment sur tous types de terminaux mobiles et fixes d'une diagonale d'écran comprise entre 4 et 80 pouces.

L'Image du jour

Attendu en 2015, Windows 10 tournera indifféremment sur tous types de terminaux mobiles et fixes d'une diagonale d'écran comprise entre 4 et 80 pouces...

Région Champagne-Ardenne : le secteur du numérique aussi en pleine effervescence !

Dernier Dossier

Région Champagne-Ardenne : le secteur du numérique aussi en pleine effervescence !

La Champagne-Ardenne, seulement une région viticole et céréalière ! Et bien non, la région est aussi une source d'inspiration pour le numérique. Troye...

Restez proche de l'actualité IT

NEWSLETTERS THEMATIQUES

Découvrez nos différentes newsletters adaptées à vos besoins d'actualités IT Pro : Mobilité, Réseaux, Stockages, ...

Abonnez-vous 
FERMER

ESPACE PARTENAIRE

Webcast

FERMER

LMI MARKET

Votre comparateur de prestataires IT : Comparez les devis, Evaluez les prestataires, Trouvez le juste prix!...

Accéder à ce service 

BLOG

Découvrez les contenus exclusifs publiés par les lecteurs du Monde Informatique avec la plateforme LMI Blog...

Accéder à ce service 

COMPARATEUR DE SALAIRE

Partagez votre situation salariale anonymement, consultez les statistiques depuis 2009 et faites vos propres analyses...

Accéder à ce service 

IT TOUR

LMI vous invite à sa Matinée-Débats dans votre région.
Inscrivez-vous

Accéder au site 
FERMER
0
Réagissez Imprimer Envoyer

Le monde IT perplexe face au discours de Barack Obama sur la NSA

 Le président américain a voulu rassurer ses homologues en indiquant qu'ils ne seraient plus espionnés de manière individuelle.Crédit Photo: D.R

Le président américain a voulu rassurer ses homologues en indiquant qu'ils ne seraient plus espionnés de manière individuelle.Crédit Photo: D.R

Les entreprises technologiques ont eu des réactions mitigées après le discours du président Barack Obama sur les réformes concernant la politique de surveillance de la NSA. Sur la forme, ce plan permet de lutter contre les dérives, mais les détails restent flous constatent certaines sociétés IT.

Mis à mal par les révélations d'Edward Snowden, le programme d'espionnage et les pouvoirs de la NSA ont fait l'objet d'un discours du président des Etats-Unis, vendredi dernier. Barack Obama est donc revenu sur ces affaires qui empoisonnent la politique intérieure. La NSA pouvait récupérer les métadonnées concernant les étrangers et les citoyens américains, notamment ceux des dirigeants alliés (Angela Merkel, Dilma Roussef, etc.). Sur ce dernier point, le président a voulu rassurer ses homologues en indiquant qu'ils ne seraient plus espionnés de manière individuelle. Pour le reste, si la politique américaine de renseignement n'est pas remise en cause, les pouvoirs de la NSA seront plus encadrés par la justice.

Face à ces annonces, l'accueil a été plutôt frais du côté des entreprises technologiques. « Nous craignons que le président n'ait pas répondu aux besoins de réforme les plus criants », souligne Mozilla dans un communiqué. L'éditeur de Firefox constate que si le programme dévoilé par B.Obama comporte le transfert de la défense de la vie privée à un tribunal en charge de la surveillance et l'abandon de l'enregistrement des métadonnées téléphoniques, il reste en deçà des recommandations formulées par des experts au président. Il y a des éléments qui manquent, ajoute Mozilla, comme la protection des droits pour les étrangers, ainsi que des informations sur les priorités du prochain directeur de la NSA.

Des manques et l'absence d'actes concrets


Pour Cindy Cohn, directrice juridique à l'Electronic Frontier Foundation, « il y a encore un long chemin à parcourir ». Elle s'attendait à plus de transparence sur le contrôle des enregistrements téléphoniques, pas uniquement sur la durée des appels ou les numéros composés, mais aussi sur leur contenu. D'autres sociétés ont déploré que le discours ne fasse pas mention d'outils de chiffrement qui pourraient être employés pour conserver les données privées à l'abri de la surveillance gouvernementale. Le groupe Reform Government Surveillance, qui comprend Facebook, Google et Microsoft, qualifie de progrès les propositions de Barack Obama sur des éléments comme la transparence, sur ce que les entreprises seront autorisées à publier et la juridiction baptisée Foreign Intelligence Surveillance Court. Néanmoins, le quitus n'est pas total et le groupe déclare que « des détails importants restent à régler sur ces différents point et des mesures supplémentaires devront être mises en oeuvre sur d'autres questions ».

A l'étranger, la Commission européenne par l'intermédiaire de Viviane Redding a pris acte « d'un pas dans la bonne direction, mais l'UE attend des actes concrets de Barack Obama ». A Berlin, le gouvernement a salué « le fait que la protection des données et les droits de la personne seront à l'avenir davantage respectés, notamment pour les citoyens non-américains», selon son porte-parole, Steffen Seibert interrogé par nos confrères de l'AFP et Reuters

Commenter cet article

commenter cet article en tant que membre LMI

CONNEXION

Commenter cet article en tant que visiteur






* Les liens HTML sont interdits dans les commentaires

Publicité
Publicité
Publicité