Au Japon, Nestlé annonce qu'il va déployer 1 000 robots dans ses boutiques pour renseigner les clients.

L'Image du jour

Au Japon, Nestlé annonce qu'il va déployer 1 000 robots dans ses boutiques pour renseigner les clients.

OpenStack, clef de voûte du cloud Open Source

Dernier Dossier

OpenStack, clef de voûte du cloud Open Source

OpenStack est-il la clef de voûte des infrastructures cloud Open Source, comme l'a été Linux, en quelque sorte, pour les systèmes d'exploitation pour ...

Restez proche de l'actualité IT

NEWSLETTERS THEMATIQUES

Découvrez nos différentes newsletters adaptées à vos besoins d'actualités IT Pro : Mobilité, Réseaux, Stockages, ...

Abonnez-vous 
FERMER

ESPACE PARTENAIRE

Webcast

FERMER

LMI MARKET

Votre comparateur de prestataires IT : Comparez les devis, Evaluez les prestataires, Trouvez le juste prix!...

Accéder à ce service 

BLOG

Découvrez les contenus exclusifs publiés par les lecteurs du Monde Informatique avec la plateforme LMI Blog...

Accéder à ce service 

COMPARATEUR DE SALAIRE

Partagez votre situation salariale anonymement, consultez les statistiques depuis 2009 et faites vos propres analyses...

Accéder à ce service 

IT TOUR

LMI vous invite à sa Matinée-Débats dans votre région.
Inscrivez-vous

Accéder au site 
FERMER
0
Réagissez Imprimer Envoyer

Megaupload torpillé par le FBI

Megaupload, un service d'hébergement de fichiers très populaire auprès des internautes avides de séries TV et de films a été fermé par le FBI.

L'Agence Fédérale américaine a retenu 7 charges d'accusations contre la société Megaupload officiellement domiciliée à Hong Kong et ordonné le blocage des DNS des sites. Chose faite hier en fin de journée en Europe. Cette action d'éclat intervient un jour après que des milliers de sites dans le monde aient protesté le 18 janvier contre les projets de loi antipiratage aux États-Unis. Les autorités fédérales américaines ont annoncé aujourd'hui avoir démantelé un réseau pirate qui aurait généré un chiffre d'affaires de 175 millions de dollars.

Sept individus et deux sociétés ont été accusés de racket, de violation de copyright et de blanchiment d'argent par le Département américain de la Justice (DOJ) selon un communiqué du gouvernement.

Une myriade de sites web

Les deux sociétés - Megaupload Limited et Limited Vestor - exploitaient des sites connus sous les noms de Megaupload.com, Megavideo.com, Megastuuf.co et Megaporn.com... avec des serveurs situés aux États-Unis, au Canada, à Hong Kong et aux Pays-Bas. Selon les fonctionnaires fédéraux, le gang a généré 175 millions de dollars de recettes provenant de la vente d'espaces publicitaires et d'accès premium à leur service et aurait causé plus de 500 millions de dollars de dommages aux ayants droit. Parmi les contenus piratés distribués sur les sites Megaupload, on retrouve des films, des séries TV, de la musique, des livres électroniques et des logiciels.

«Cette action est parmi les plus grands cas de crime contre le droit d'auteur  aux États-Unis», a déclaré le Départment de la Justice US dans son communiqué de jeudi. Les procureurs ont également défini le groupe Megaupload comme « une entreprise internationale de crime organisé qui serait responsable de piraterie en ligne massive dans le monde entier. »

4 suspects arrêtés, 3 autres recherchés en Europe

Parmi les sept hommes inculpés par un tribunal de Virginie (un grand jury plus exactement), quatre ont été arrêtés le 19 janvier en Nouvelle-Zélande par les autorités locales : Kim Schmitz, un informaticien allemand à l'origine du site (37 ans), Bram van der Kolk (29 ans), Finn Batato (38 ans) et Mathias Ortmann (40 ans). Leurs demandes de libération sous caution ont été refusées. Les trois autres - qui vivent en Estonie, en Allemagne et en Slovaquie - sont toujours en fuite. Les sept hommes inculpés par le Ministère américain de la Justice risquent, chacun, un maximum de 55 ans de prison s'ils sont reconnus coupables. Outre les arrestations d'hier, le FBI a également saisi 50 millions de dollars sur les comptes de Megaupload, des voitures de luxe pour un montant de 6 millions de dollars et a obtenu 20 mandats de perquisition aux États-Unis et ailleurs pour saisir les serveurs utilisés par les sites.


Commenter cet article

commenter cet article en tant que membre LMI

CONNEXION

Commenter cet article en tant que visiteur






* Les liens HTML sont interdits dans les commentaires

Publicité
Publicité
Publicité