Advertisement
Avec son processeur S7, Oracle assure baisser le coût de ses systèmes Sparc accessibles sous forme de service de compute dans son cloud.

L'Image du jour

Avec son processeur S7, Oracle assure baisser le coût de ses systèmes Sparc accessibles sous forme de service de compute dans son cloud.

French Tech : Effet pschitt ou vrai accélérateur

Dernier Dossier

French Tech : Effet pschitt ou vrai accélérateur

De la French Touch à la French Tech, c'est le message que Bpifrance a souhaité faire passer aux 30 000 visiteurs (startups, entrepreneurs, PME, ETI, g...

Restez proche de l'actualité IT

NEWSLETTERS THEMATIQUES

Découvrez nos différentes newsletters adaptées à vos besoins d'actualités IT Pro : Mobilité, Réseaux, Stockages, ...

Abonnez-vous 
FERMER

LMI MARKET

Votre comparateur de prestataires IT : Comparez les devis, Evaluez les prestataires, Trouvez le juste prix!...

Accéder à ce service 

BLOG

Découvrez les contenus exclusifs publiés par les lecteurs du Monde Informatique avec la plateforme LMI Blog...

Accéder à ce service 

COMPARATEUR DE SALAIRE

Partagez votre situation salariale anonymement, consultez les statistiques depuis 2009 et faites vos propres analyses...

Accéder à ce service 

IT TOUR

LMI vous invite à sa Matinée-Débats dans votre région.
Inscrivez-vous

Accéder au site 
FERMER
0
Réagissez Imprimer Envoyer

Applications SaaS : email, agenda et RH arrivent en tête

L-email est l'applcation la plus utilisée des solutions en mode SaaS. Crédit: D.R

L-email est l'applcation la plus utilisée des solutions en mode SaaS. Crédit: D.R

L'email reste la première application des logiciels en mode SasS. L'ERP n'est cité que par un quart des répondants, selon une étude de Constellation Research.

Les entreprises de toutes tailles qui s'équipent de logiciels SaaS (software as a service) ont des préférences pour les applications de courrier électronique, d'agenda et de ressources humaines, selon une enquête réalisée par Constellation Research. La messagerie et le calendrier sont les plus appréciées avec 37% des sondés qui déclarent que ces produits sont dans leur champ de vision, a indiqué le vice-président et analyste principal du cabinet d'études Frank Scavo. «La plupart des décideurs informatiques ont eu une expérience personnelle des services de webmail ou des applications d'agenda en ligne, comme Google Calendar », estime Franck Scavo. « Il n'est pas donc pas étonnant de voir ces applications de productivité en tête de la liste des investissements concernant le SaaS ».

Les solutions de gestion des ressources humaines arrivent en deuxième place des outils SaaS les plus prisés, avec 32% de personnes prévoyant des investissements. Ces applications comprennent généralement l'accès à des populations d'employés très dispersées, ce qui en fait de bons candidats pour le déploiement SaaS», a précisé l'analyste. Les RH sont suivis par les outils de CRM (gestion de la relation client) et les logiciels collaboratifs avec 31% des répondants qui les désignent comme deux domaines prioritaires d'investissement. Environ 25% des répondants ont fait part de leur intérêt pour les ERP en mode SaaS  « Bien que les ERP et les systèmes comptables fassent partie de la catégorie la plus largement mise en oeuvre des applications d'entreprise, ils sont à la traîne en terme de popularité pour un  déploiement SaaS», probablement en raison de leur «nature plus enracinée et d'une portée plus globale», pense l'analyste Franck Scavo.

Reprise après sinistre et coût jugés moins importants

D'autres domaines d'applications sont également considérés comme moins prioritaires. En effet, 11% seulement des personnes interrogées manifestent un intérêt pour les notes de frais en mode SaaS. Le manque d'engouement pour ce type d'outils se reflète également dans les 24% qui ont coché «autres» comme  catégorie de produits. Dans l'ensemble, l'adoption pour le mode SaaS est en croissance parce que ses avantages « sont clairs », selon le représentant de Constellation. Selon l'étude, les répondants citent la vitesse de la mise en oeuvre au top des avantages offerts par le SaaS, devant la réduction de l'infrastructure informatique, l'évolutivité et la facilité des mises à jour.

A l'opposé, ils classent la reprise après sinistre et la réduction des coûts comme moins importants. «Les fournisseurs de logiciels traditionnels soutiennent que sur du long terme, les logiciels sous licence sur site reviennent  souvent moins cher que les applications en mode SaaS», a fait remarquer Franck Scavo. « Les décideurs informatiques peuvent croire cet argument. » Le coût de l'abonnement, marque de fabrique du SaaS, n'occupe pas non plus un rang particulièrement élevé dans liste des avantages cités par les sondés.  Il peut y avoir une raison à cela, selon Franck Scavo. Pour lui, les  fournisseurs de cloud  affirment que le prix d'une souscription fait passer le logiciel d'une dépense en capital à une charge d'exploitation, ce qui, pour certaines entreprises permet de bénéficier d'un traitement fiscal plus favorable. « Cependant, les éditeurs de logiciels traditionnels sur site peuvent facilement fournir la même prestation, en transformant un investissement en capital en une dépense d'exploitation par le fait de financer l'achat de la licence comme un contrat de location simple. », juge l'analyste.

+49% en 2012

Egalement au rang des préoccupations des répondants, figurent les risques de protection des données qui arrivent en tête, la sécurité, la perte de contrôle, les problèmes d'intégration et de performance. L'enquête révèle que le SaaS a progressé de 49% en 2012 au niveau mondial, avec 49% des organisations ayant mis en place ce type de systèmes, comparativement à 47% en 2011. Cette tendance devrait se poursuivre, d'après Franck Scavo. « Nous pensons que dans les cinq prochaines années, les ventes d'applications SaaS dépasseront celle des logiciels sur site », a-t-il ajouté.

L'enquête s'est basée sur des informations recueillies par Computer Economics, une société de recherche dirigée par Franck Scavo. 244 entreprises ont été interrogées entre juillet et septembre 2012. Le chiffre d'affaires annuel moyen des entreprises interrogées était de 2,1 milliards de dollars, alors que la médiane s'élevait à 287 millions de dollars, selon l'étude.

 

Commenter cet article

commenter cet article en tant que membre LMI

CONNEXION

Commenter cet article en tant que visiteur






* Les liens HTML sont interdits dans les commentaires

35 ans
25 Avril 1988 n°321
Publicité
Publicité
Publicité