Considéré comme le père de l'Internet et désormais évangéliste en chef du web chez Google, Vint Cerf a fait part du chemin qu'aurait pu emprunter Internet.

L'Image du jour

Considéré comme le père de l'Internet et désormais évangéliste en chef du web chez Google, Vint Cerf a fait part du chemin qu'aurait pu emprunter Inte...

Les Fintech bousculent la finance

Dernier Dossier

Les Fintech bousculent la finance

Quelque 4 000 Fintechs existeraient dans le monde, sûrement une faible minorité d'entre elles subsistera dans les trois ans. Une chose est sûre, depui...

Restez proche de l'actualité IT

NEWSLETTERS THEMATIQUES

Découvrez nos différentes newsletters adaptées à vos besoins d'actualités IT Pro : Mobilité, Réseaux, Stockages, ...

Abonnez-vous 
FERMER

LMI MARKET

Votre comparateur de prestataires IT : Comparez les devis, Evaluez les prestataires, Trouvez le juste prix!...

Accéder à ce service 

BLOG

Découvrez les contenus exclusifs publiés par les lecteurs du Monde Informatique avec la plateforme LMI Blog...

Accéder à ce service 

COMPARATEUR DE SALAIRE

Partagez votre situation salariale anonymement, consultez les statistiques depuis 2009 et faites vos propres analyses...

Accéder à ce service 

IT TOUR

LMI vous invite à sa Matinée-Débats dans votre région.
Inscrivez-vous

Accéder au site 
FERMER
0
Réagissez Imprimer Envoyer

Oracle/Sun : Bruxelles craint une concurrence faussée sur les bases de données

Oracle/Sun : Bruxelles craint une concurrence faussée sur les bases de données

La Commission Européenne a communiqué hier, lundi 9 novembre, une première évaluation de ses objections concernant le rachat de Sun par Oracle. Dans un échange avec la SEC (Securities and exchange commission), l'autorité américaine de contrôle des marchés, Sun explique que cette évaluation préliminaire de Bruxelles se focalise sur le marché des bases de données évoquant les effets négatifs sur la concurrence qu'induirait un rapprochement de la base Open Source MySQL et de la base d'entreprise d'Oracle. Ce document ne constitue qu'une étape dans l'enquête conduite actuellement par Bruxelles et il ne préjuge en rien de la décision finale de la Commission. Oracle n'a pas tardé à réagir Les destinataires de cette « communication des griefs » étant invités à fournir leurs arguments, Oracle n'a pas tardé à réagir. L'éditeur californien n'hésite pas à affirmer que cette communication révèle une méconnaissance profonde, à la fois de la concurrence existant sur le marché des bases de données et de la dynamique Open Source. Pour Oracle, les familiers du monde Open Source savent bien que MySQL ne peut être contrôlé par personne. C'est l'essence même de l'Open Source, va jusqu'à rappeler l'éditeur. Et d'expliquer que le marché des bases de données est extrêmement compétitif avec « au moins huit acteurs forts, parmi lesquels IBM, Microsoft, Sybase et trois éditeurs Open Source distincts ». Oracle et MySQL sont deux produits très différents, poursuit-il en avançant qu'il ne voit pas sur quelle base légale l'Europe pourrait s'opposer au rapprochement de deux acteurs parmi huit concurrents vendant des produits différents. « Des fusions de cette nature s'opèrent régulièrement » depuis des décennies sans opposition des régulateurs pas plus aux Etats-Unis qu'en Europe », note l'éditeur. Il rappelle au passage que le ministère américain de la justice a autorisé le 20 août dernier le rapprochement d'Oracle et de Sun. Le DOJ espère une issue favorable pour les consommateurs européens Hier, le ministère américain de la justice (Department of justice, DOJ) est lui-même revenu sur le sujet, expliquant notamment qu'il avait décidé d'approuver le rachat de Sun parce qu'il y avait une importante communauté de développeurs Open Source, disposant de l'expertise pour maintenir et faire évoluer les logiciels Open Source de Sun. « Il apparaît que la Commission Européenne a un point de vue différent », reconnaît le DOJ, qui reste confiant dans la capacité des acteurs en présence à trouver rapidement un terrain d'entente avec Bruxelles, qui profite aux consommateurs européens. Le PDG d'Oracle, Larry Ellison, a précédemment expliqué que Sun perdait 100 M$ par mois pendant cette période transitoire. Vendredi dernier, la société dirigée par Jonathan Schwartz a communiqué ses résultats financiers pour le troisième trimestre (clos le 27 septembre). Son chiffre d'affaires a baissé de 25%, à 2,24 Md$, par rapport au troisième trimestre 2008. Ses pertes, en revanche, se sont réduites à 120 M$ contre 1,68 Md$ sur la même période l'an dernier.



Commenter cet article

commenter cet article en tant que membre LMI

CONNEXION

Commenter cet article en tant que visiteur






* Les liens HTML sont interdits dans les commentaires

Publicité
35 ans
10 Février 1992 n°487
Publicité
Publicité