Advertisement
Créé par des chercheurs israéliens, le malware Fansmitter exploite les ondes sonores du ventilateur d'un PC pour transférer des données.

L'Image du jour

Créé par des chercheurs israéliens, le malware Fansmitter exploite les ondes sonores du ventilateur d'un PC pour transférer des données.

French Tech : Effet pschitt ou vrai accélérateur

Dernier Dossier

French Tech : Effet pschitt ou vrai accélérateur

De la French Touch à la French Tech, c'est le message que Bpifrance a souhaité faire passer aux 30 000 visiteurs (startups, entrepreneurs, PME, ETI, g...

Restez proche de l'actualité IT

NEWSLETTERS THEMATIQUES

Découvrez nos différentes newsletters adaptées à vos besoins d'actualités IT Pro : Mobilité, Réseaux, Stockages, ...

Abonnez-vous 
FERMER

LMI MARKET

Votre comparateur de prestataires IT : Comparez les devis, Evaluez les prestataires, Trouvez le juste prix!...

Accéder à ce service 

BLOG

Découvrez les contenus exclusifs publiés par les lecteurs du Monde Informatique avec la plateforme LMI Blog...

Accéder à ce service 

COMPARATEUR DE SALAIRE

Partagez votre situation salariale anonymement, consultez les statistiques depuis 2009 et faites vos propres analyses...

Accéder à ce service 

IT TOUR

LMI vous invite à sa Matinée-Débats dans votre région.
Inscrivez-vous

Accéder au site 
FERMER
0
Réagissez Imprimer Envoyer

Pour se désenclaver, Cuba a mis en service son câble Internet sous-marin

Le navire d'Alacatel-Lucent qui a assuré le pose du câble ALBA-1 entre Cuba et le Vénézuela

Le navire d'Alacatel-Lucent qui a assuré le pose du câble ALBA-1 entre Cuba et le Vénézuela

La semaine dernière, Cuba a activé son câble Internet sous-marin, mais seulement pour une circulation à sens unique selon le cabinet d'études Renesys.

Jusqu'à présent le trafic Internet à Cuba était assuré via des connexions satellites avec un débit limité et des temps de latences importants. La mise en chantier en 2007 d'un câble sous-marin en fibre optique reliant Cuba et le Venezuela était censée désenclaver l'île toujours soumise à l'embargo des États-Unis. Et selon le cabinet d'études Renesys, qui suit les tables de routage dans le monde, le trafic Internet est aujourd'hui plus fluide à Cuba. Le câble sous-marin serait enfin entré en service. La société espagnole Telefónica a commencé l'acheminement du trafic Internet pour le compte de la société d'État cubaine de télécommunications, l'Empresa de Telecomunicaciones de Cuba SA (ETECSA) assure un des ingénieurs de Renesys, Doug Madory, sur son blog professionnel.

La pose d'un câble sous-marin entre Cuba et le Venezuela a commencé en 2007 sous l'appellation «Alternativa Bolivariana para los Pueblos de Nuestra América» ou ALBA-1 pour faire court. La Jamaïque est également reliée à un des noeuds de ce câble ALBA-1. En raison de nombreux retards, la construction ne fut achevée qu'en 2011, et même alors, Cuba a continué d'utiliser ses 3 fournisseurs d'accès Internet par satellite, écrit M. Madory.

Une architecture asymétrique


Renesys, qui analyse les données de routage Internet pour améliorer les performances réseau de ses clients, a vu Telefónica commencer à délivrer des paquets de données à Cuba la semaine dernière. Mais les données semblent seulement arriver à Cuba, mais ne pas transiter par Telefónica pour quitter le pays, écrit encore Doug Madory. Les temps de latence sont toutefois encore relativement élevés, avec une moyenne de 480 ms, ce qui signifie que le gouvernement cubain continue de privilégier les connexions satellites pour les requêtes des Internautes, assure encore l'ingénieur. Les connexions par satellite sont généralement lentes que les connexions filaires. Si les données étaient transmises uniquement par câble sous-marin, les temps de latence entre Cuba et les pays voisins devraient être inférieurs à 50 millisecondes, précise M. Madory. À titre de comparaison, il faut 60 ms à un paquet de données pour traverser l'océan Atlantique et 110 ms pour traverser le Pacifique.

Doug Madory estime donc que la conception ou la configuration utilisée par Telefónica est peut être mauvaise et ne peut donc assurer que le trafic Internet entrant à Cuba par l'intermédiaire de l'ALBA-1. Ce qui signifie le pays doit encore s'appuyer sur les connexions par satellite pour le trafic sortant. « Bien que l'activation du câble de l'ALBA-1 soit une bonne première étape pour fournir un meilleur lien à Internet à l' ETECSA, le manque d'accès grand public à Internet sur l'ensemble de l'île continuera probablement».

Quant à la question de savoir si Cuba applique tout simplement une politique de censure, Madory écrit que ce n'est probablement pas le cas. Les pays qui utilisent des moyens techniques pour contrôler le contenu sur Internet utilisent des outils facilement repérables. « Le trafic ralentit durant les périodes très actives où tout le monde est réveillé et utilise Internet, et les outils de censure [Deep Packet Inspection] ont du mal à suivre le rythme». Les modèles de latence relevés à Cuba semblent « très similaires aux modèles asymétriques des satellites que Renesys a observés dans le passé, conclut M. Madory.

 

Commenter cet article

commenter cet article en tant que membre LMI

CONNEXION

Commenter cet article en tant que visiteur






* Les liens HTML sont interdits dans les commentaires

35 ans
10 Mai 1993 n°544
Publicité
Publicité
Publicité