Parmi les 20 compétences professionnelles les plus en vue sur le marché du développement, celles des développeurs blockchain arrivent désormais au deuxième rang, détrônant les spécialistes de la robotique, et les offres d'emploi dans ce domaine ont plus que doublé cette année. Selon Upwork, un site spécialisé dans les offres d’emploi de travailleurs indépendants, les services des spécialistes blockchain sont rémunérés jusqu'à 115 dollars de l'heure. Un autre secteur, directement lié à la blockchain, lui aussi très en vue sur le marché de l’emploi, est celui des développeurs de crypto-monnaie Bitcoin. Selon le cabinet de recrutement UpSkill, les 20 compétences freelance qui ont le plus progressé au troisième trimestre ont toutes connu une croissance de plus de 100 % en année pleine, et les 10 premières ont même progressé de plus de 200 % par rapport à la même période en 2016.

Une nouvelle étude réalisée par le cabinet Burning Glass Technologies, spécialisé dans les analyses du marché de l'emploi, a également révélé que les offres d'emploi associées à des compétences blockchain avaient augmenté de 115 % entre 2016 et 2017. Toujours selon ce cabinet, il y a aujourd’hui sur le marché 4000 offres liées à des compétences blockchain. « On peut considérer que la demande de compétences blockchain « perturbe » le marché, parce qu’elle est à la fois en croissance rapide et difficile à trouver », explique ainsi Burning Glass Technologies. « Même si la technologie et les critères d'embauche sont très nouveaux, il serait peut-être bien que les employeurs s’intéressent aux viviers où ils pourront recruter des personnes ayant ces compétences », tout en s’interrogeant sur les changements que l’adoption de la technologie impliquait pour leur entreprise. Par exemple, CME Group Inc. a annoncé cette semaine qu’il envisageait de lancer des contrats à terme en bitcoin. Toujours selon CME Group, ces dernières années, la capitalisation boursière de la cryptomonnaie a atteint 172 milliards de dollars, le bitcoin représentant plus de la moitié du total, soit 94 milliards de dollars. Son cours vient juste de dépasser les 7 000 dollars.

Offres d'emploi Blockchain

Evolution annuelle du nombre d'offres d'emploi liées à Blockchain aux Etats-Unis. (crédit : Burning Glass Technologies)

Les entreprises prévoient d’utiliser des chaînes de registres distribués blockchain pour être plus efficaces et se passer d’un système d'administration central, ce qu’elles ne peuvent pas faire avec une base de données relationnelle. Les banques au contraire veulent toutes adopter la technologie blockchain pour profiter d’un système ouvert et transfrontalier pour gérer leurs opérations de compensation et le règlement des transactions financières. IBM, par exemple, propose un nouveau service financier basé sur la chaîne de blocs que les banques transfrontalières pourront utiliser pour échanger des devises. En octobre, IBM s'est associée à un fournisseur de système de paiement polynésien et à un réseau de paiement FinTech open source pour proposer un système d’échange international basé sur un registre distribué blockchain. Le registre permet aux îles du Pacifique, à l’Australie, à la Nouvelle-Zélande et au Royaume-Uni d’effectuer des transactions directes dans 12 devises différentes.

Le mois dernier également, Mastercard a lancé son propre réseau de compensation blockchain pour permettre à des banques partenaires et à des commerçants d'accélérer et de sécuriser les paiements transfrontaliers. Le service blockchain de Mastercard peut servir à la compensation des transactions par carte de crédit, mais permet aussi d’éviter des tâches administratives par l’instauration de règles de contrat intelligentes, accélérant ainsi le traitement des opérations. Enfin, ce mois-ci, JP Morgan Chase a lancé un programme blockchain pilote pour les paiements mondiaux. Le géant des services financiers a déclaré que le réseau d'information interbancaire basé sur la chaîne de blocs « améliorera l'expérience client, en réduisant le temps - de quelques semaines à quelques heures - et les coûts associés à la résolution des retards de paiement ». Parmi les autres exemples de banques, on n'oubliera pas de citer en France notamment Natixis qui utilise Blockchain pour le trading de pétrole.